Entretien avec André Perry, légendaire producteur de disques et fondateur du mythique Le Studio, 2ème partie

Entretien avec André Perry, légendaire producteur de disques et fondateur du mythique Le Studio, 2ème partie


André Perry, Robert Schryer, Le Studio, Cat Stevens, les Bee Gees, David Bowie, Keith Richards, Rush, PMA Magazine, The Beatles, John Lennon, "Give Piece A Chance", Yoko Ono
André Perry, 1970

Lire la première partie de "Entretien avec André Perry, légendaire producteur de disques et fondateur du mythique Le Studio” ici.

Fondateur du célèbre Le Studio, un studio d’enregistrement emblématique de la culture pop niché dans la nature canadienne, André Perry a travaillé avec certains des plus grands artistes du monde. Avait-il des favoris ?

André Perry, Robert Schryer, Le Studio, Cat Stevens, les Bee Gees, David Bowie, Keith Richards, Rush, PMA Magazine, The Beatles, John Lennon, "Give Piece A Chance", Yoko Ono

"Eh bien, ceux qui sont venus à plusieurs reprises sont devenus plus proches de la famille, en particulier Rush, Cat Stevens, Sting, Nazareth, ainsi que les chanteurs québécois Jean-Pierre Ferland et Robert Charlebois. J'ai été très honoré de produire Wilson Pickett. C'était l'un de ses derniers disques, et c'était un grand disque. Mais je ne peux pas vraiment choisir de favoris. Je voyais certains artistes moins intimement, alors que pour d'autres, nous dînions ensemble presque tous les soirs. Cat Stevens mangeait à la maison quatre fois par semaine - il adorait la cuisine de Yaël. Ou bien nous allions à Montréal en voiture pour voir un film ou assister à un concert au Forum.

"Cat Stevens, Yaël et moi sommes allés voir un concert de Stevie Wonder et il s’est produit un petit incident. Une fois les lumières éteintes, on nous a conduits à des sièges spéciaux sur le côté de la scène afin que personne ne puisse reconnaître "the Cat". Au milieu du concert, Cat n'a pas pu s'en empêcher. Il a sauté de son siège et est monté sur la scène. La foule est devenue hystérique. Stevie étant aveugle, il n'a pas compris ce qui se passait, jusqu'à ce que le machiniste donne un micro à Cat et qu'il commence à chanter. Stevie l'a reconnu, bien sûr, et c'est devenu un moment très spécial. À la fin du concert, on nous a fait sortir tous les trois du Forum avant la foule.

"Nous avions la même relation avec Rush. Notre amitié s'est poursuivie après le temps passé en studio. Nous sommes également très proches de Sting. Il est venu au studio de nombreuses fois. Parfois, il venait juste pour des voix off ou avant certains de ses concerts au Forum. Son gérant appelait et disait : "Sting ne veut pas rester en ville après le concert, il aimerait venir dans le Nord et rester dans l'une des maisons", et je disais : "Bien, je viens le chercher". C'était ce genre de relation.

"Juste avant l'enregistrement de Synchronicity de The Police, Sting est venu et je lui ai présenté Jean Roussel, qui était le claviériste de Cat Stevens et que j'ai également utilisé sur de nombreux enregistrements, notamment sur celui de Wilson Pickett. Tous deux ont enregistré cette démo intitulée "Every Little Thing She Does is Magic". The Police a gardé le démo et l'a terminée en ajoutant des "overdubs", ce qui en fait le seul morceau de Police avec un 4e membre. C'était le premier enregistrement réalisé sur des pistes numériques JVC-2. Je suis allé à New York pour faire la mastérisation chez Stirling Sound. C'est devenu un énorme succès.

"Dans le cas du groupe écossais Nazareth, ils ont travaillé dur. Leur gérant les gardait sur la route presque toute l'année. Ils ont fait trois albums chez nous et étaient extrêmement courtois. Ils avaient tout un sens de l'humour et, bizarrement, leur culture et leur attitude étaient très similaires à celles des Canadiens français. C'était toujours agréable de les avoir autour de soi.

"Nous ne parlions jamais d'affaires avec les artistes. C'était toujours discuté avec l’équipe de gérance. Parfois, le gérant envoyait de l'argent de poche à Yaël pour que l'artiste l'utilise. Elle le gardait sur un compte séparé et le distribuait à la demande, en payant au nom de l'artiste. Pour Cat Stevens, elle a déjà reçu 50 000 dollars à cette fin."

Avant d'aborder l'événement historique qu'a été l'enregistrement et la coproduction par André de l'hymne anti-guerre "Give Peace A Chance" de John Lennon et Yoko Ono à l'hôtel Reine Elizabeth de Montréal, un mot sur le projet actuel d'André, le label 2xHD, qu'il dirige avec son partenaire d'affaires, ami et ingénieur d'enregistrement et de masterisation René Laflamme.

"J'ai décidé, à ma retraite, de continuer d’être actif dans le domaine de la musique, dans un secteur que j'aime beaucoup - le marché dédié aux audiophiles. Parce que c'est un domaine où l'on peut encore créer quelque chose d'unique qui nécessite un équipement de pointe pour le réaliser. J'aime la sophistication et le défi que cela représente. Je considère le fait de travailler dans ce marché de niche comme une sorte de cadeau que je reçois parce que je peux me le permettre. Je n'ai plus besoin de gagner ma vie. Je le fais parce que je suis passionné, comme je l'étais avec mon travail au Studio. Et cela nous permet, à René et à moi, d'explorer de nouvelles possibilités techniques.

"L'enregistrement et le mixage audiophiles ne conviennent pas à tous les styles de musique. L'utilisation de la compression dans la musique populaire est généralement la voie à suivre. À ce stade de ma vie, j'ai choisi de me concentrer sur une approche différente de l'enregistrement, qui consiste à essayer d'obtenir la sonorité le plus naturelle possible en éliminant la partie technique du processus d'enregistrement. La musique classique et le jazz se prêtent mieux à cette approche. Je dois admettre que j'ai été grandement influencé par René en ce qui concerne ce support. Il y travaille depuis des années."

2xHD, André Perry, Robert Schryer, Le Studio, Cat Stevens, les Bee Gees, David Bowie, Keith Richards, Rush, PMA Magazine, The Beatles, John Lennon, "Give Piece A Chance", Yoko Ono
(photo par René Laflamme)Le 2xHD Le laboratoire 2xHD

Le laboratoire de masterisation et l’étiquette 2xHD ont environ 450 titres à leur actif et produisent une douzaine d'albums par année. Il utilise ce qu'André appelle la technologie d'enregistrement Fusion. Comme André me l'a expliqué : "Je n'ai jamais renoncé à l'analogique. Le succès de 2xHD repose sur une philosophie, à savoir que l'analogique, à son heure de gloire, était meilleur que le numérique aujourd'hui. Nous ne sommes pas nécessairement de purs analogues. Ce que fait la technologie Fusion, c'est réunir le meilleur de l'analogique et le meilleur du numérique, et supprimer les inconvénients de l'un ou l'autre.

"Vous savez, les choses n'ont pas vraiment progressé. Aujourd'hui, tout le monde a le même choix d'équipement. Ils achètent le même ordinateur, le même logiciel. Cela peut convenir pour la pop, mais pour que le jazz ou le classique sonnent comme ils le devraient, il faut de la profondeur de champ et la seconde harmonique. Vous devez préserver la structure harmonique de chaque instrument. Nous travaillons avec de l'audio DXD-DSD à ultra-haute résolution, soit 256 fois la résolution d'un CD. Et à 11 200 000 échantillonnages par seconde, on peut entendre la différence entre un piano, Steinway, Baldwin, Bechstein ou Fazioli.

"Cela signifie que vous pouvez entendre Bill Evans ou Holly Cole chanter dans votre salon. En d'autres termes, il s'agit d'une musique reproduite dans son état le plus pur. C'est pourquoi nos techniques audiophiles sont mieux adaptées au jazz et à la musique classique. La musique pop appartient à un monde et à un marché différents. Elle nécessite généralement plus d'effets de compression et un signal plus fort dans l'enregistrement.

Ensuite, la question à un million de dollars : Comment était-ce, ce jour fatidique du 1er juin 1969, d'enregistrer "Give Peace A Chance" dans la chambre 1742 de l'hôtel Reine Elizabeth de Montréal ?

André Perry, Robert Schryer, Le Studio, Cat Stevens, les Bee Gees, David Bowie, Keith Richards, Rush, PMA Magazine, The Beatles, John Lennon, "Give Piece A Chance", Yoko Ono
John et Yoko avec Tommy Smothers des Smothers Brothers

"C'est drôle, parce qu'au départ, il ne devait même pas y avoir de chanson", dit André. "John (Lennon) voulait envoyer un message aux États-Unis à propos de la guerre du Vietnam, du président Nixon et de tout ce qui se passait à l'époque, mais il n'arrivait pas à réunir suffisamment de médias et de journalistes internationaux pour créer l'impact qu'il voulait. Il a donc eu l'idée géniale de faire un enregistrement. Il lui a fallu un jour ou deux pour écrire "Give Peace A Chance" avant que je ne reçoive l'appel. À l'époque, je travaillais beaucoup pour Capitol Records, distributeur de l’étiquette des Beatles, Apple Records, et je dois dire que j'étais déjà très sollicité.

André Perry, Robert Schryer, Le Studio, Cat Stevens, les Bee Gees, David Bowie, Keith Richards, Rush, PMA Magazine, The Beatles, John Lennon, "Give Piece A Chance", Yoko Ono
André Perry, Robert Schryer, Le Studio, Cat Stevens, les Bee Gees, David Bowie, Keith Richards, Rush, PMA Magazine, The Beatles, John Lennon, "Give Piece A Chance", Yoko Ono

"Je me suis présenté dans leur chambre avec un enregistreur 4 pistes, qui à l'époque avait la taille d'un petit réfrigérateur, et c'était le cirque. La pièce n'avait qu'un plafond de 7 pieds, elle avait des murs parallèles faits de placoplâtre - c'était cacophonique. Les Krishnas chantaient leurs Mantras accompagnés de leurs tambourins. Et les gens frappaient sur les portes et les cendriers, et ça chantait faux. C'était terrible. J'avais quatre micros, alors j'en ai mis un à environ 30 cm de la voix de John et de sa guitare, et un sur Tommy Smothers, qui accompagnait John.

"On a fait environ trois prises. John s'est arrêté au milieu de la première parce qu'il a décidé de changer le style de son jeu de guitare. Il a ajouté plus de motifs de grattage. Ensuite, on a fait une prise complète, et après ça, la troisième prise était la prise finale.

André Perry, Robert Schryer, Le Studio, Cat Stevens, les Bee Gees, David Bowie, Keith Richards, Rush, PMA Magazine, The Beatles, John Lennon, "Give Piece A Chance", Yoko Ono

"Ensuite, tout le monde est parti et John m'a regardé en disant : 'Qu'est-ce qu'on fait maintenant ?'. Je lui ai dit que j'allais aller à mon studio à Brossard et que je reviendrais avec quelque chose le lendemain. Mais avant de partir, j'ai passé quatre heures de plus avec eux pour enregistrer la face B du disque simple ("Remember Love"), que Yoko a merveilleusement chantée. C'était un moment magnifique. Puis je suis allé au studio - il était alors environ 7 heures du matin - et après avoir pris une douche, j'ai transféré l'enregistrement original à 4 pistes sur mon enregistreur à 8 pistes, ce qui m'a donné 4 pistes supplémentaires pour les "overdubs".

"J'ai appelé certains de mes amis artistes locaux, dont Charlebois, et je leur ai demandé s'ils voulaient chanter sur un disque de Lennon. Au début, ils ont cru que j'hallucinais, mais ils savaient aussi que John était en ville. Ils sont tous venus, et j'ai superposé leurs voix. Puis j'ai pris ma poubelle Rubbermaid, et le bruit sourd que l'on entend dans la chanson, qui a un côté Beatles, c'est moi qui l'ai enregistré. Par la suite, j'ai tout remixé en deux pistes puis je me suis précipité à l'hôtel. John a mis tout le monde dehors - même Yoko, le représentant de la maison de disques et le gérant de tournée n’ont pu rester. Il n'y avait que nous deux, discutant en privé. Je lui ai fait écouter la chanson et il m'a dit : 'Mec, c'est fucking merveilleux. Je l'adore.'"

"Quelques semaines plus tard, le président de Capitol Records m'a appelé et m'a dit 'André, tu ne vas pas le croire. C'est comme si tu avais ta propre carte d’affaire imprimée sur l'étiquette du disque'. J'ai dit : "Comment ça ?" Il a répondu : "Il est écrit ‘enregistré par André Perry’, avec ton adresse complète". Ce genre de chose n'avait jamais été fait auparavant et, à ce que je sache, n'a jamais été refait depuis.

"Nous ne pensions pas que la chanson allait changer le monde, mais les gens s'en sont emparés, et maintenant, 55 ans plus tard, je donne encore des entrevues à ce sujet en Europe et en Amérique. Surtout à cause de la guerre qui sévit actuellement en Ukraine. Récemment, environ 60 stations de radio ont diffusé la chanson à un moment précis, toutes ensemble, dans toute l'Europe. Bien sûr, cela a rendu la chanson à nouveau très populaire.

"Quelques années après avoir enregistré la chanson, j'ai rencontré John à nouveau lors d'un cocktail après un concert d'Elton John à New York. Il est venu directement vers moi - il ne m'avait pas oublié - et il s'est excusé de ne pas être venu au studio. Il m'a dit qu'il ne pouvait pas quitter les États-Unis car, s'il le faisait, le président Nixon ne l'autoriserait pas à revenir en raison de ses positions contre la guerre du Vietnam.

André Perry, Robert Schryer, Le Studio, Cat Stevens, les Bee Gees, David Bowie, Keith Richards, Rush, PMA Magazine, The Beatles, John Lennon, "Give Piece A Chance", Yoko Ono
(photo par Gerry Deiter)Séance "Give Peace A Chance" avec André et Yaël (debout à côté de lui)

"Vous savez, John était un gentleman. C'était une personne incroyablement intelligente - il pouvait voir à travers les gens. Il m'a donné une liberté totale dans sa chambre au Queen Elizabeth. Il ne m'a jamais dit comment faire quoi que ce soit. Je n'essaie pas de le couvrir de fleurs, mais John était un type bien et il est mort si jeune. C'était une chose terrible, terrible."

André Perry, Robert Schryer, Le Studio, Cat Stevens, les Bee Gees, David Bowie, Keith Richards, Rush, PMA Magazine, The Beatles, John Lennon, "Give Piece A Chance", Yoko Ono
(photo: Musée des Beaux-Arts de Montréal)Yoko avec André et Yaël, lors du vernissage de l'exposition Give Peace A Chance Bed-In au Musée des Beaux-Arts de Montréal, 2009

Je dis à André que je ne savais même pas qu'il y avait une chanson sur la face B, ni même qu'il y avait une face B - ça ne m'était tout simplement pas venu à l'esprit.

"Oui, parce que "Give Peace A Chance" est sorti en 45 tours, donc il devait y avoir une face B, et c’était Yoko chantant "Remember Love". Elle était magnifique, comme un ange. C'était l'époque où les gens la rabaissaient, disant qu'elle avait brisé les Beatles, qu'elle criait et qu'elle ne savait pas chanter. Elle a chanté toute la chanson en falsetto, sans aucun montage – car il n'y avait pas de montage à l'époque, rien de ce luxe - et elle était géniale.

"C'était un couple tellement gentil. Ils venaient de se marier, et ils sautaient dans le lit et commençaient à s'enlacer et à s'embrasser. Ils étaient vraiment amoureux."

En 1988, André et Yaël ont vendu Le Studio. En mars 2003, il a été fermé, puis détruit par un incendie suspect en août 2017. C'est une fin lugubre pour un monument historique qui a touché la vie de tant de gens, et qui continue de le faire.

Je demande à André s'il regrette d'avoir vendu. "Pas vraiment", répond-il. "J'étais au cœur de l'action dans les années 80, à l'apogée de l'industrie. Puis le piratage est devenue énorme et j'ai su qu'il était temps pour moi d'en sortir.

"Mais c'était vraiment merveilleux le temps que cela a duré".

LA FIN

Un grand merci à Yaël Brandeis Perry pour avoir rendu cette entrevue possible.

2024 PMA Magazine. Tous droits réservés.


Chers lecteurs,

Comme vous le savez peut-être, PMA est un magazine indépendant de musique et d'audio grand public qui s'enorgueillit de faire les choses différemment. Depuis trois ans, nous nous efforçons de vous offrir une expérience d'écoute authentique. Notre engagement ? L'authenticité absolue. Nous nous tenons à l'écart des influences commerciales et veillons à ce que nos articles soient authentiques, non filtrés et fidèles à nos valeurs.

Cependant, l'indépendance ne va pas sans difficultés. Pour poursuivre notre aventure de journalisme honnête et maintenir la qualité du contenu que vous aimez, nous nous tournons vers vous, notre communauté, pour obtenir votre soutien. Vos contributions, aussi modestes soient-elles, nous aideront à poursuivre nos activités et à continuer à fournir le contenu que vous appréciez et auquel vous faites confiance. C'est votre soutien qui nous permet de rester indépendants et de garder nos oreilles sur le terrain, en écoutant et en partageant des histoires qui comptent, sans pression extérieure ni parti pris.

Merci beaucoup de participé à ce voyage.

L'équipe PMA

Si vous souhaitez faire un don, vous pouvez le faire ici.

CHERCHER UN SUJET

et recevez nos magazines flipbook en avance

S'INSCRIRE POUR RECEVOIR NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Le champ Email est obligatoire pour s'inscrire.