In-a-Gadda-Da-Vida et Truth de MoFi passés en revue, Partie 1

In-a-Gadda-Da-Vida et Truth de MoFi passés en revue, Partie 1

,

Les années 60 autre Le "Heavy Dynamic Duo" - Iron Butterfly et Jeff Beck. Leurs classiques ont bénéficié du traitement MoFi. Cela en valait-il la peine ?

Iron butterfly, In-A-Gadda-Da-Vida, Jeff Beck, Yardbirds, PMA Magazine

In-A-Gadda-Da-Vida - Mobile Fidelity Sound Lab - MFSL 1-368, (2020, janv.), promo. 

Publié à l'origine sur ATCO Records - SD 33-250 (1968, juin).

Les notations :

  • Appréciation globale : 9,3
  • La musique : A
  • Enregistrement : 8.5
  • Remasterisation + coupe de laque : 9.3
  • Pressage : 10
  • Emballage : standard, non laminé

Catégorie : acid rock, rock psychédélique, heavy rock, proto-heavy metal.

Format : Vinyle (LP 180 grammes à 33 1/3 rpm).

En 1968, le doux Summer of Love était déjà loin, mais le parfum puissant de l'acide imprégnait encore les ondes de la scène rock naissante et en pleine évolution. Contrairement à aujourd'hui, où les tendances musicales semblent s'étirer sur des années, à l'époque, au sommet de la créativité du rock, il était beaucoup plus facile de repérer les moments clés, associés à des sorties séminales. C'est le cas du deuxième album d'Iron Butterfly et du premier de Jeff Beck, où un nouveau mot est entré dans le lexique du rock.lourd.  

Iron butterfly, In-A-Gadda-Da-Vida, Jeff Beck, Yardbirds, PMA Magazine
The Yardbirds avec Beck et Page, vers 1965 (photo des archives Michael Ochs)
Iron butterfly, In-A-Gadda-Da-Vida, Jeff Beck, Yardbirds, PMA Magazine
Iron butterfly, In-A-Gadda-Da-Vida, Jeff Beck, Yardbirds, PMA Magazine

Il est certain que les graines ont été plantées dès juillet 1965 lorsque les Yardbirds, un groupe qui a lancé les carrières de guitaristes prodiges, ont commencé à se produire. Eric ClaptonJeff Beck et Jimmy Page, est entré dans les charts américains avec l'album Pour ton amour, avec la chanson titre, suivi en novembre par La fête est à l'honneur, sur lequel le groupe reprend le tube de Bo Diddley de 1955 "I'm a Man", et le titre jump blues de Tiny Bradshaw de 1951 "The Train Kept A-Rollin'", rebaptisé plus tard "Stroll On" pour le film à suspense de 1966. Gonflage.

Iron butterfly, In-A-Gadda-Da-Vida, Jeff Beck, Yardbirds, PMA Magazine
Iron butterfly, In-A-Gadda-Da-Vida, Jeff Beck, Yardbirds, PMA Magazine
Iron butterfly, In-A-Gadda-Da-Vida, Jeff Beck, Yardbirds, PMA Magazine
Iron butterfly, In-A-Gadda-Da-Vida, Jeff Beck, Yardbirds, PMA Magazine

En mars 1974, "Train Kept A-Rollin'" quitte à nouveau la gare, cette fois à bord du deuxième album d'Aerosmith. Obtenez vos ailes. Puis, en décembre 1966, deux power trios britanniques font leur première apparition chez les disquaires : Cream, avec Eric Clapton, Jack Bruce et Ginger Baker, et The Jimi Hendrix Experience, avec Hendrix, originaire de Seattle, et les Britanniques Noel Redding et Mitch Mitchell. L'ancien groupe a fait ses débuts avec l'album Crème fraîche, tandis que ce dernier explose dans un "Purple Haze" en mars 1967, une chanson qui laisse présager le travail de guitare entêtant qui apparaîtra deux mois plus tard sur le premier album du groupe Avez-vous de l'expérience ?.

Iron butterfly, In-A-Gadda-Da-Vida, Jeff Beck, Yardbirds, PMA Magazine
Iron butterfly, In-A-Gadda-Da-Vida, Jeff Beck, Yardbirds, PMA Magazine
Édition britannique
Iron butterfly, In-A-Gadda-Da-Vida, Jeff Beck, Yardbirds, PMA Magazine
Édition américaine

En novembre, le deuxième album de Cream, Engrenages de Disraeli, avec "Sunshine of Your Love" et "Tales of Brave Ulysses", a jeté les bases de l'acid rock, avec son rock lourd, distordu, basé sur le blues et agrémenté de puissants effets psychédéliques.

Iron butterfly, In-A-Gadda-Da-Vida, Jeff Beck, Yardbirds, PMA Magazine
Iron butterfly, In-A-Gadda-Da-Vida, Jeff Beck, Yardbirds, PMA Magazine

L'interprétation révolutionnaire de "Summertime Blues" par le trio de San Francisco Blue Cheer, tirée de leur premier album, est une véritable révolution. Vincebus Eruptum en janvier 1968 - était à l'époque le rock le plus lourd de la planète et allait servir de modèle au heavy metal. Le même mois, Iron Butterfly sort son premier album intitulé Lourd-la première fois que ce terme est apparu.

Le quintette de San Diego, Californie, récemment devenu quatuor, a touché le jackpot en juin avec la sortie de son deuxième album, In-A-Gadda-Da-Vida, en grande partie grâce à son titre. L'album s'est vendu à plus de 8 millions d'exemplaires au cours de sa première année d'existence, et à 30 millions au total à ce jour. D'une durée d'un peu plus de 17 minutes, la chanson, dont le titre est tiré de "In the Garden of Eden" (Dans le jardin d'Eden), domine toute la deuxième face - une tendance que l'on retrouvera bientôt dans le prog des années 70, le space rock et l'eurodisco. Techniquement, ce n'est pas la toute première chanson rock à étirer le domaine temporel - la chanson "Sad Eye Lady of the Lowlands" de Bob Dylan, tirée de Blonde on Blondeet "The Return of the Son of Monster Magnet" des Mothers of Invention, tiré de Flippez !tous deux sortis en juin 1966, duraient environ 12 minutes.

Mais "IAGDV"reste la première commercial Ce titre s'approche de la longueur maximale moyenne d'une face de disque. La brève intro à l'orgue Vox Continental jouée par le chanteur Doug Ingle établit les références psychédéliques de la chanson. Son riff principal hypnotique, modal, en tonalité mineure, est certainement fortement inspiré par le morceau " Sunshine of Your Love " mentionné plus haut, à tel point que je n'aurais pas été surpris si Cream avait attaqué Iron Butterfly en justice pour avoir copié leur riff, comme nous l'avons vu avec d'autres formations musicales au cours de l'histoire. Le célèbre solo de batterie de Ron Bushy, d'une durée de deux minutes et demie, est l'un des premiers solos de batterie enregistrés sur un disque de rock. battu par Ginger Baker, batteur de Cream, sur "Toad", extrait de Crème fraîche, qui a également inspiré le batteur John Bonham sur "Moby Dick" de Led Zeppelin II. On peut également percevoir dans le classique solo de batterie "Dance with the Devil" (1973) de Cozy Powell une certaine influence de Bushy.

Les cinq chansons de la face A sont rarement diffusées ou reconnues à leur juste valeur, mais elles méritent néanmoins notre attention. "Presque tout ce que vous voulez"L'album démarre sur une bonne ambiance sixties, avec des voix sur un rythme régulier et une guitare chaleureuse entrelacée à l'orgue, empruntant à plusieurs reprises le riff d'orgue d'ouverture de "Light My Fire" des Doors. "Fleurs et perlesest un autre exemple de morceau qui reflète davantage l'esprit festif "fleurs dans les cheveux" de l'époque innocente "Cisco" de l'été précédent qu'il ne le fait plus lourdement, plus sombre de la chanson titre. Il me rappelle le mégahit "Happy Together" des Turtles - sorti en même temps que "Light My Fire" des Doors - de janvier 1967. Une fois de plus, l'interaction entre les chœurs et les voix principales est en contradiction avec ce que nous avons l'habitude d'entendre sur "IAGDV". Avec son intro crescendo à l'orgue et à la batterie, "Mon mirageLe titre "The Savage Resurrection" reprend les accents psychédéliques de l'album "The Savage Resurrection".

Idem pour "Cessation d'activité". L'octane élevé "Êtes-vous heureux ?"Le morceau qui clôt la face est sans aucun doute celui qui fait le plus vibrer la maison. La batterie, l'orgue et le chant se déchaînent, frappant tous les arrêts, mettant en valeur le genre d'énergie heavy metal que l'on trouve chez Deep Purple au début des années 1970. "Are You Happy" aurait été plus approprié, à mon avis, comme morceau d'ouverture de l'album.

Alors que le premier album d'Iron Butterfly avait été produit par Charles Greene et Brian Stone, c'est Jim Hilton qui s'est chargé de la production de celui-ci. Jim produira un autre disque pour le groupe, Boule, l'année suivante.

Don Casale a conçu l'album aux Ultra-Sonic Studios à Hempstead, New York, en mai 1968. On dit qu'il a demandé au groupe de jouer pour pouvoir régler les niveaux des micros, puis a appuyé sur le bouton "enregistrement", après quoi le groupe a interprété "IAGDV" en une seule prise pendant les 17 minutes que dure l'album. Les studios Gold Star à Hollywood, en Californie, ont également été utilisés pour enregistrer certaines parties du disque.

Comme pour le pressage original, la pochette du MoFi n'est pas un gatefold mais simplement une réplique de la pochette extérieure normale sur laquelle a été ajoutée la bande rose "Original Master Recording" en haut. À l'intérieur de la pochette se trouve le carton de protection habituel de la société, plié sur la pochette intérieure en PEHD. La source utilisée était la bande master analogique 1/4″ / 15 IPS transférée en DSD 256, puis envoyée à leur console analogique et à leur tour. Krieg Wunderlich de MoFi a remasterisé et coupé le LP à 33 1/3 rpm, laissant un peu moins d'un demi-pouce de cire morte sur la face A et un peu plus sur la face B. RTI l'a pressé sur un vinyle 180g à formule normale, pour une sortie en janvier 2020, et l'a réédité sur un vinyle 180g à formule normale. SuperVinyl en novembre 2021. Je n'ai reçu que la version vinyle normale, ce qui signifie qu'il peut y avoir des différences sonores mineures entre les deux formules de pressage.

Je n'ai pas le pressage original américain, mais j'ai un premier pressage ATCO canadien "à bandes jaunes et blanches", qui ne sonne pas très bien. Il y a trop de réverbération sur les voix et le mixage en général, et le son est compressé - médium-lourd et manque de plage dynamique, d'extension de fréquence et de finesse dans les octaves supérieures ; à tel point qu'il tourne rarement sur mon plateau. Ce n'est certainement pas un disque de démonstration audiophile.

Sans surprise, le MoFi l'écrase. Il offre beaucoup plus de basses, de chaleur, une plus grande dynamique, une meilleure extension et un plus grand raffinement des aigus, ainsi qu'une scène sonore plus large. Il est évident que l'enregistrement du MoFi a fait l'objet de beaucoup moins de compression, voire d'aucune compression, car les voix et l'orgue ont maintenant une meilleure qualité sonore. sauter dans et hors de l'eau du mixage comme je ne l'ai jamais entendu auparavant. De plus, la réverbération est quasiment absente, ce qui confère aux voix un aspect plus naturel et brut qui pourrait surprendre certains auditeurs habitués à l'ancienne version. C'était mon cas, mais il ne m'a pas fallu longtemps pour me ranger du côté de la version MoFi. J'ai tendance à préférer les présentations plus sèches aux présentations réverbérantes, trouvant les premières plus intimes et plus immédiates. Les notes de guitare et d'orgue alimentées par le Fuzz sur le MoFi semblent nettes et bien positionnées dans l'espace, tandis que les deux faces de l'album sont bien équilibrées.

La batterie et la basse sont également bien présentées sur la version MoFi, bien qu'elles sonnent un peu comme une "bombe à retardement". arrondie. J'aurais aimé un peu plus d'articulation dans leur attaque, mais, comparé à mon ancien premier pressage canadien, dont la batterie et la basse sonnent anémiques, il n'y a pas de contestation, et je suppose que MoFi a extrait tout ce qu'ils pouvaient d'une bande maîtresse qui était déjà compromise sur le plan sonore. Le solo de batterie de la chanson titre est, bien sûr, plus excitant à écouter maintenant, étant donné la présence soudaine de tous les toms. Soit dit en passant, je ne voudrais pas que ce morceau emblématique de 17 minutes sorte en édition double 45 tours. Je pense que le fait de le diviser en deux faces détruirait son attrait hypnotique unique.

Mon pressage MoFi était parfaitement silencieux. Ce n'est peut-être pas le meilleur enregistrement de rock qui existe, mais c'est certainement le meilleur remastering, le meilleur découpage et le meilleur pressage de cet album que j'ai entendu. De plus, c'est maintenant mon go-to pour montrer à quelqu'un ce qu'est la quintessence d'une chanson acid rock. Malheureusement, il est épuisé dans les deux formats de vinyle, mais, heureusement, il est toujours disponible auprès des vendeurs sur le web. Il en vaut la peine !

Lire la partie 2 ici.

Le personnel :

  • Doug Ingle - orgue Vox Continental, voix
  • Erik Brann - guitare solo, voix (piste 4)
  • Ron Bushy - batterie, percussions.
  • Lee Dormam - basse, chœurs.

Crédits supplémentaires :

  • Produit par Jim Hilton.
  • Enregistré en mai 1968 aux Ultra-Sonic Studios à Hempstead, New York, et aux Gold Star Studios à Hollywood, Californie.
    Ingénieur Don Casale.
  • Remasterisé et laqué par Krieg Wunderlich au Mobile Fidelity Sound Lab à Sebastopol, CA.
  • Plaqué et pressé par RTI, CA, USA.
  • Conception artistique par Loring Eutemey.
  • Photographie de Stephen Paley.

Liste de référence (singles, albums et étiquettes) :

  • Pour ton amour [Epic LN 24167]
  • Faire la fête [Columbia SCXC 28]
  • "I'm a Man" [Checker 814]
  • "The Train Kept A-Rollin'" [King Records 4497 (78 tours) ou 45-4497].
  • Obtenez vos ailes [Columbia KC 32847]
  • Crème fraîche [DCC Compact Classics LPZ-2015]
  • "Purple Haze" [Track Record 604001]
  • Avez-vous de l'expérience ? [Experience Hendrix, Legacy 88697 62395 1]
  • Engrenages de Disraeli  [Réaction 594 003 ou ATCO Records SD 33-232].
  • Vincebus Eruptum [Philips PHS 600-264]
  • Lourd [ATCO Records SD 33-227]
  • Blonde on Blonde [MoFi MFSL 3-45009]
  • Flippez !  [Verve Records V6-5005-2]
  • Led Zeppelin II [Atlantic SD 8236]
  • "Danse avec le diable" [RAK RAK 164]
  • "Light My Fire" [DCC Compact Classics LPZ-2046].
  • "Happy Together" [White Whale WW S-7114]
  •   La résurrection sauvage [Mercure SR-61156]
  • Boule [ATCO Records SD 33-280]

Pour plus d’information sur la musique par Claude Lemaire, visitez:

https://soundevaluations.blogspot.ca/

2024 PMA Media. Tous les droits sont réservés.


Chers lecteurs,

Comme vous le savez peut-être, PMA est un magazine indépendant de musique et d'audio grand public qui s'enorgueillit de faire les choses différemment. Depuis trois ans, nous nous efforçons de vous offrir une expérience d'écoute authentique. Notre engagement ? L'authenticité absolue. Nous nous tenons à l'écart des influences commerciales et veillons à ce que nos articles soient authentiques, non filtrés et fidèles à nos valeurs.

Cependant, l'indépendance ne va pas sans difficultés. Pour poursuivre notre aventure de journalisme honnête et maintenir la qualité du contenu que vous aimez, nous nous tournons vers vous, notre communauté, pour obtenir votre soutien. Vos contributions, aussi modestes soient-elles, nous aideront à poursuivre nos activités et à continuer à fournir le contenu que vous appréciez et auquel vous faites confiance. C'est votre soutien qui nous permet de rester indépendants et de garder nos oreilles sur le terrain, en écoutant et en partageant des histoires qui comptent, sans pression extérieure ni parti pris.

Merci beaucoup de participé à ce voyage.

L'équipe PMA

Si vous souhaitez faire un don, vous pouvez le faire ici.

CHERCHER UN SUJET

et recevez nos magazines flipbook en avance

S'INSCRIRE POUR RECEVOIR NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Le champ Email est obligatoire pour s'inscrire.