Chroniques du rock, partie 1 - Joe Cocker, avec l'aide de ses amis

Chroniques du rock, partie 1 - Joe Cocker, avec l'aide de ses amis


En 1966, un chanteur de blues à la voix rauque cherche à monter un groupe qui pourrait enfin propulser sa carrière chancelante au niveau supérieur. Joe Cocker, né John Robert Cocker en 1944, vit sur Tasker Road dans la ville anglaise de Sheffield. Dès 1960, à l'âge de seize ans, Cocker est déjà bien sous le charme des sons soul-rockin de Ray Charles et de la chanson « What'd I Say ? » de son album Yes Indeed!.

Finalement, Cocker rencontre et s'associe à un autre musicien, Chris Stainton, dont les compétences polyvalentes s'avèrent être exactement ce dont Cocker avait besoin pour faire monter les enchères. En effet, Stainton est un bassiste doué qui est également doué à la guitare, au piano et à la batterie.

Après six ans d'une série de noms de groupes et de membres potentiels, le nouveau groupe de Cocker est formé : le Grease Band, un nom emprunté à une phrase que le légendaire organiste de jazz, Jimmy Smith, utilisait pour décrire le style et la technique impressionnants d'un collègue musicien qu'il appréciait : « that cat's gotta lotta grease in his playing ! ». L'enregistrement de la première démo du Grease Band a permis une exposition à la radio, grâce à Tony Hall, un DJ de la ville voisine de Chesterfield, au sud de Sheffield, qui était en grande partie responsable de la percée réussie du chanteur soul de Memphis, Otis Redding, en Angleterre. C'est ainsi que la bande démo atterrit dans les mains de Denny Cordell, un producteur de disques qui s'occupe de plusieurs grands groupes, dont Procol Harum, dont le grand succès de l'époque, « A Whiter Shade of Pale », continue de faire fureur dans les hit-parades des deux côtés de l'Atlantique.

Cocker obtient sa première grande percée lorsqu'il signe un contrat avec Cordell, qui sort le premier single du chanteur, « Marjorine ». Chris Stainton est présent à la session d'enregistrement, mais tous les membres du Grease Band ne sont pas retenus : le guitariste Frank Miles et le claviériste Tom Rattigan sont écartés des sessions par Cordell qui estime qu'ils ne sont pas à la hauteur. Au lieu de cela, Miles et Rattigan ont été remplacés par des musiciens de session britanniques locaux, dont l'un, notamment, était un jeune guitariste énergique dont la carrière allait monter en flèche plus tard en tant que cofondateur du super groupe rock Led Zeppelin - Jimmy Page.

« Marjorine » est sorti en single, sur la face B de « The New Age of Lily », sur le label Regal Zonophone Records, le 22 mars 1968. Cocker y déploie une incroyable voix de fausset, tandis que le piano de Stainton pulse aux côtés de la guitare de Page et du rythme entraînant du batteur de studio Clem Cattini. Alors que la chanson est diffusée sur les ondes, Cocker réorganise son groupe de travail, remplaçant les membres qui sont non grata à la session d'enregistrement.

En juin, le nouveau Grease Band est de retour en studio pour enregistrer d'autres morceaux en vue de leur premier album. Pendant des mois, ils ont répété un arrangement unique de With A Little Help From My Friends, de l'album phare des Beatles Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band.

C'est Cocker qui a eu l'idée de transformer le style chantant de la chanson en un style waltzy, ¾ groove, qui la distingue instantanément de l'interprétation de Ringo. En fait, le style de la chanson rappelle désormais davantage les couplets de la chanson « Lucy In the Sky With Diamonds » avant que le refrain n'apparaisse.

Le groupe aurait tenté environ trente-cinq prises de la chanson ce premier jour de studio, mais n'aurait pas réussi à capturer le son qu'il recherchait. Ils se sont retrouvés le lendemain, cette fois avec « un peu d'aide » du batteur de Procol Harum, Bobby Harrison. Il leur faut encore treize prises avant que le groupe ne parvienne à enregistrer la chanson.

En septembre 1968, Cordell emmène Cocker en Amérique pour signer un contrat avec Jerry Moss, copropriétaire, avec Herb Alpert, de la maison de disques A&M. Moss apprécie immédiatement Cocker et un accord est conclu. Pendant leur séjour aux États-Unis, Cordell et Cocker entendent à la radio la nouvelle chanson de Traffic, « Feelin' Alright », qu'ils trouvent si bien adaptée à la voix de Cocker qu'ils se rendent directement au studio et l'enregistrent sur le champ pour le nouvel album de Cocker.

Lorsque Cocker et Cordell rentrent en Angleterre, ils découvrent que leur reprise de « With A Little Help... » grimpe rapidement dans les charts britanniques, pour finalement rester treize semaines au sommet. Comme prévu, le succès du disque entraîne des émissions de télévision très médiatisées, des interviews à la radio et dans les magazines et de nombreuses tournées de concerts.

En avril 1969, le groupe est prêt à partir à l'assaut de l'Amérique. La tournée est planifiée, même si l'album officiel n'est pas encore terminé. À ce moment-là, « A Little Help » a traversé les eaux et fait un peu de bruit en Amérique du Nord, alors Cordell et Cocker ne perdent pas de temps pour terminer et sortir l'album. Intitulé With A Little Help From My Friends, le LP [A&M, SP-4182] sort dans les bacs le 23 avril, mais ne suscite que peu d'enthousiasme, n'atteignant que le 35e rang des palmarès, même si l'album a reçu une critique positive dans le magazine Rolling Stone.

Et à juste titre. L'album est une brillante compilation de l'approche unique de Cocker pour interpréter des tubes classiques enregistrés par des pairs et des prédécesseurs vénérés. Dès le début, il coopte le morceau « Feelin' Alright », écrit par le guitariste du groupe, Dave Mason. Aux Beatles, il emprunte « With A Little Help From My Friends ». À Dylan, il emprunte « I Shall Be Released » et « Just Like A Woman ». Il puise dans le sac de son héros Ray Charles pour « Let’s Go Get Stoned », alors qu'il a vraisemblablement emprunté « Don’t Let Me Be Misunderstood » de la version de 1965 de la chanson d'Eric Burdon et non de l'original, plus somptueux et plus émouvant morceau que Nina Simone a sur son album de 1964, Broadway-Blues-Ballads.

Cocker a même repris le classique du jazz de Henderson/Dixon « Bye Bye Blackbird » de 1926, ce qui donne un indice que le jazz faisait partie intégrante de la palette musicale de Cocker.

Il y a ensuite la version grinçante de Cocker sur « Can't Be So Bad  » de Moby Grape et l'implorante « Do I Still Figure In Your Life », une chanson que son compatriote Pete Dello a écrite et publiée sous le titre « (Do I) Figure In Your Life » avec son groupe Honeybus en 1967. Quant aux deux autres morceaux de l'album : « Sandpaper Cadillac » et « Change In Louise », ils ont été coécrits par Cocker et son fidèle acolyte Chris Stainton, ce dernier étant devenu la seule constante dans le tourbillon de musiciens qui entraient et sortaient du cercle des tournées et des enregistrements de Cocker, pendant cette période incertaine où With a Little Help... était encore à la recherche d'un public.

Tout a changé, bien sûr, lorsque Cocker et le Grease Band ont fait leur première apparition au Ed Sullivan Show. Les jeunes spectateurs sont hypnotisés par les pitreries physiques de Cocker qui mime les paroles de la chanson préenregistrée devant les caméras de télévision. Ses mouvements spasmodiques, combinés à sa voix ultra-graveleuse et à ses cheveux ébouriffés, captent l'attention des téléspectateurs partout où il va, et, en effet, il va apparemment partout ; du Fillmore East à New York au Whisky A Go Go à Los Angeles. Une chose menant à une autre, à l'été 1969, on le retrouve au Newport Rock Festival, au Denver Pop Festival et, finalement, à Woodstock, le dimanche de ce week-end intemporel, aux côtés de nul autre que Sly & The Family Stone.

Pendant ce temps, dans une autre partie du pays, un couple peu connu créait son propre son qui allait finir par influencer l'élite du rock britannique. Le duo de chanteurs a déjà sorti son premier album, intitulé Home, sur le légendaire label Stax Records basé à Memphis, mais peu de gens semblent l'avoir remarqué.

C'est ce qui a incité le couple, Delaney et Bonnie Bramlett, de changer de vitesse et de se diriger vers l'ouest, vers la côte californienne, pour enregistrer un album qui capturerait les cœurs de George Harrison: , Eric Clapton, et Elton John, entre autres. Et non seulement le chemin de Delaney & Bonnie allait croiser celui de Joe Cocker, mais leurs chemins allaient fusionner pour en créer un tout nouveau. Cette histoire, et bien plus encore, dans la deuxième partie de Rock Chronicles.

Lire les Chronicles du Rock Partie 2 ici.

2024 PMA Magazine. Tous droits réservés.


Chers lecteurs,

Comme vous le savez peut-être, PMA est un magazine indépendant de musique et d'audio grand public qui s'enorgueillit de faire les choses différemment. Depuis trois ans, nous nous efforçons de vous offrir une expérience d'écoute authentique. Notre engagement ? L'authenticité absolue. Nous nous tenons à l'écart des influences commerciales et veillons à ce que nos articles soient authentiques, non filtrés et fidèles à nos valeurs.

Cependant, l'indépendance ne va pas sans difficultés. Pour poursuivre notre aventure de journalisme honnête et maintenir la qualité du contenu que vous aimez, nous nous tournons vers vous, notre communauté, pour obtenir votre soutien. Vos contributions, aussi modestes soient-elles, nous aideront à poursuivre nos activités et à continuer à fournir le contenu que vous appréciez et auquel vous faites confiance. C'est votre soutien qui nous permet de rester indépendants et de garder nos oreilles sur le terrain, en écoutant et en partageant des histoires qui comptent, sans pression extérieure ni parti pris.

Merci beaucoup de participé à ce voyage.

L'équipe PMA

Si vous souhaitez faire un don, vous pouvez le faire ici.

Chercher un Sujet

et recevez nos magazines flipbook en avance

S'INSCRIRE POUR RECEVOIR NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Le champ Email est obligatoire pour s'inscrire.