Trésors de la voûte à vinyle, nº 4

Trésors de la voûte à vinyle, nº 4

,

PRÉAMBULE

Bienvenue dans ma série Trésors de la voûte à vinyles. J'y présenterai des perles sélectionnées dans ma collection de vinyles d'environ 12 000 pièces, qui ne cesse de croître, accumulée sur une période de 45 ans et plus encore*. Il ne s'agit pas d'une liste typique des "plus grands de tous les temps", mais plutôt d'une visite guidéeJ'ai choisi de vous présenter, en les accompagnant parfois d'une ou deux anecdotes, les singles et les albums de ma collection qui me sont les plus précieux, tant pour leur valeur historique que pour l'impact qu'ils ont eu sur mon parcours musical. Afin de couvrir le plus grand nombre d'entre eux, je n'entrerai pas dans le détail de l'histoire du disque ou de sa qualité sonore - pour ces aspects, je vous invite à visiter mon Top 500 SuperSonic List à l'adresse suivante https://soundevaluations.blogspot.ca/.

Les disques seront présentés dans l'ordre chronologique de leur date d'enregistrement ou de leur date de sortie originale, et non de leur date de réédition, ce qui signifie, par exemple, que les disques suivants seront présentés dans l'ordre chronologique de leur date d'enregistrement ou de leur date de sortie originale. L'iconique Kind of Blue de Miles Davis ne sera présenté qu'une seule fois, en 1959, malgré ses nombreuses remasterisations et rééditions au fil des ans. En outre, tous les pressages sont américains, sauf indication contraire. Si le terme "mono" n'est pas indiqué, considérez qu'il s'agit d'une version stéréo ou que la version stéréo est mon choix de facto entre les deux. Continuons, voulez-vous ?

22- Elvis Presley - 24 Karat Hits!.                                                                                                                 

Analogue Productions, RCA Victor - APP-2040 (pistes A1 à B5, mono ; C1 à F4, stéréo) (2010), 3×45 tours/minute. Genre : rockabilly, rock and roll, blues, rhythm and blues, ballades, gospel, country.

Pendant mon adolescence, je détestais tout ce qui concernait Elvis, et je trouvais le King, kitsch-Surtout à la fin de sa vie, lorsqu'il prenait des kilos sous des combinaisons blanches moulantes. Plus tard, j'ai mieux compris sa place dans l'histoire et l'immense impact qu'il a eu sur de nombreux artistes rock que je respectais. Si, comme moi, vous l'appréciez occasionnellement sans être un fan inconditionnel, cette compilation de 24 titres est faite pour vous. Les chansons sont présentées dans l'ordre chronologique sur un coffret de trois disques 45 tours et couvrent sa période RCA Victor de janvier 1956 avec "Heartbreak Hotel" jusqu'à "Suspicious Minds" d'août 1969, 24 Karat Hits!, remasterisé et monté par George Marino de Sterling Sound à New York pour Analogue Productions, est parfait pour la personne qui souhaite uniquement avoir les principaux tubes d'Elvis livrés dans une qualité sonore exceptionnelle. Pour maximiser la fidélité du son, Marino - comme Kevin Gray et Steve Hoffman en 1997 [DCC LPZ(2)-2040] - s'est donné beaucoup de mal pour utiliser les véritables bandes mono, deux et trois pistes, au lieu de couper à partir de copies de bandes de deuxième ou troisième génération. De nombreux mélomanes seront peut-être étonnés d'entendre à quel point le King peut être bien enregistré sur un bon transfert lu sur un système audio de qualité. Outre la présence vocale imposante d'Elvis et l'imagerie quasi-surréaliste, ce qui frappe vraiment les sens ici, c'est le rendu du quatuor vocal The Jordanaires, avec sa sonorité épeuramment réaliste. Les ingénieurs de renom Bill Porter et Thorne Nogar se partagent la plupart des crédits d'enregistrement pour leur travail dans plusieurs studios, notamment RCA-Victor Studio B, Nashville, TN ; RCA-Victor East 24th Street Studio, New York City, NY ; Radio Recorders Studio B, Hollywood, CA ; American Sound Studio, Memphis, TN, et MGM Scoring Stage, Culver City, CA. À l'exception des deux premières pistes, l'équilibre tonal est parfait et s'étend aussi bien en profondeur qu'en hauteur. L'enregistrement offre une transparence incroyable et un sens accru de la présence instrumentale et vocale. Possédant l'ancienne et excellente version DCC double-33 rpm, je peux attester que cette remasterisation 2010 d'Analogue Productions la surpasse largement sur tous les fronts.

23- Rosemary Clooney and Duke Ellington and His Orchestra – Blue Rose.      

Columbia - CL872 (mono) (1956, mai), 33 1/3 tours. Genre : pop traditionnelle, ballade, big band, jazz vocal, swing.

La première fois que j'ai entendu parler de Rosemary, c'était par l'intermédiaire de mon père, qui aimait la musique des grands orchestres, la musique pop traditionnelle et le jazz. Il regardait souvent Le Lawrence Welk Show les week-ends, où certains de ces styles musicaux se mêlaient à ce qu'il appelait "des trucs ennuyeux et ringards". Cet album représente les débuts de Clooney, mais aussi le retour de Duke chez Columbia après un séjour de trois ans chez Capitol Records. Il s'agit d'un excellent album comprenant onze titres alternant ballades sulfureuses et numéros de swing. L'écriture et les arrangements caractéristiques de Duke et Billy Strayhorn conviennent parfaitement à la voix de Clooney. Je n'ai pas de copie originale "six-eye" mais plutôt une copie canadienne mono de première impression qui sonne très bien. Il est intéressant de noter qu'alors que l'orchestre a été enregistré à New York en janvier 1956, Clooney a chanté ses parties deux semaines plus tard à Los Angeles dans le cadre de ce qui était alors une nouvelle pratique innovante et qui est aujourd'hui la norme - le doublage.

24- Stan Kenton – Kenton in Hi-Fi.                                                                                                                 

Capitol Records - W-724 (mono) (1956), SW 724 (stéréo) (1959), 33 1/3 rpm. Genre : jazz progressif, big band, swing.

Le chef d'orchestre, pianiste, compositeur et arrangeur américain Stan Kenton était, sans aucun doute, l'artiste musical préféré de mon père. Beaucoup moins commercial que ses homologues des big bands Benny Goodman, Glenn Miller et Harry James, Kenton privilégiait les formes progressives de jazz aux arrangements populaires des big bands orientés vers la danse. Plus proche de Duke Ellington, Kenton a navigué dans la fusion "third stream" des courants jazz et classique, puis a souvent incorporé de l'atonalité et des influences afro-cubaines lorsque le compositeur et arrangeur Pete Rugolo a rejoint ses rangs en 1945. On peut dire que Kenton a été le King Crimson de cette période, poussant la dissonance et la dynamique au premier plan dans un mur wagnérien de sons de cuivres. Enregistré en février 1956, Kenton dans Hi-Fi est considéré comme l'un de ses meilleurs albums, et c'est l'un de mes préférés. Pour une raison quelconque, alors que la musique a été enregistrée simultanément en mono et en stéréo sur des machines séparées, une chanson - "Intermission Riff" - est indiquée comme ayant une durée plus courte sur la version stéréo, et il manque la basse des cordes présente dans le mixage mono. Je possède les premiers tirages canadiens des deux disques, et j'apprécie les deux malgré leurs différences en termes d'équilibre tonal et de présentation de l'espace sonore.

25- Johnny Griffin – Introducing Johnny Griffin.                                                                                                                                                          

Blue Note - BLP 1533 (mono) (1957, fév.), Classic Records - BLP 1533 (2002), 33 1/3 rpm, 200g. Genre : jazz, bebop, hard bop, ballades.

Enregistré en avril 1956, le premier album du saxophoniste ténor Johnny Griffin, Introducing,, est sorti en février 1957, un mois avant qu'il ne rejoigne les Jazz Messengers d'Art Blakey. Dès les premières notes du morceau d'ouverture "Mil Dew", on sent que Griffin est un musicien énergique et fougueux, tirant parti de son expérience et de ses talents de musicien. carburant de son héritage bebop. Il a écrit trois des sept chansons de l'album, qui alternent agréablement entre ballades et morceaux de bop. Wynton Kelly est au piano, Curly Russell à la basse et Max Roach à la batterie. RVG capture un bon mélange instrumental à Hakensack, dans le New Jersey. Je n'ai pas de copie originale, mais j'ai l'excellent remastering de Bernie Grundman pour Classic Records de 2002, dans le cadre de leur série Quiex SV-P 200g.

26- Miles Davis – ‘Round About Midnight.                                                                                                                

Columbia - CL949 (mono) (1957, mars), 33 1/3 tours. Genre : cool jazz, bebop, hard bop.

Cet album marque les débuts de Miles avec Columbia après avoir rempli son contrat avec Prestige. La nouvelle alliance dura près de trois décennies avant que Miles Davis ne passe chez Warner Bros. Il y a une trentaine d'années, je suis tombé sur un exemplaire canadien en bon état, d'occasion, du premier pressage de cet album, le deuxième ou le troisième disque de Miles Davis dans ma collection. La musique commence en douceur et en romantisme avec le morceau-titre, une composition de Thelonious Monk datant de 1943 qui est rapidement devenue un standard du jazz. Le deuxième morceau, "Ah-Leu-Cha", un morceau de Parker, bebop au rythme rapide, change de vitesse et oppose Coltrane à Miles. "All of You" de Cole Porter est typique de Miles avec le cor en sourdine, tandis que Philly Jo Jones garde le rythme aux balais. "Bye Bye Blackbird" se balance dans la même ambiance cool. "Tadd's Delight" de Tad Dameron ravit par son hard bop up-tempo, avec des solos de Miles, 'Trane et Red Garland sur les ivoires. Enfin, le bassiste Paul Chambers a l'occasion de jouer en solo sur le traditionnel "Dear Old Stockholm", que Davis avait enregistré pour Blue Note sur le disque 10″ Young Man with a HornYoung Man with a Horn. Le deuxième morceau a été enregistré en octobre 1955, tandis que les cinq autres ont été enregistrés l'année suivante, en juin et en septembre, au studio de la 30e rue de Columbia. La deuxième piste a été enregistrée en octobre 1955, tandis que les cinq autres ont été enregistrées l'année suivante, en juin et en septembre, au 30th Street Studio de Columbia. L'ingénieur Frank Laico fait un travail fantastique en capturant Miles et les autres en mono dans un son très intime, direct, sec mais chaleureux. Un must pour les aficionados de Miles et du jazz.

Pour en savoir plus sur Claude Lemaire, visitez...

https://soundevaluations.blogspot.ca/

*Je m'en voudrais de ne pas mentionner que je partage certains de ces 12 000 disques avec un autre chasseur de vinyles, un co-conspirateur et un ami de toujours.

.


Liste de référence (singles, albums et étiquettes) :

Elvis Presley - 24 Karat Hits!. Analogue Productions, RCA Victor - APP-2040 (pistes A1 à B5, mono ; C1 à F4, stéréo) (2010), 3×45 tours/minute. Genre : rockabilly, rock and roll, blues, rhythm and blues, ballades, gospel, country.

Rosemary Clooney and Duke Ellington and His Orchestra – Rose bleue.Columbia - CL872 (mono) (1956, mai), 33 1/3 tours. Genre : pop traditionnelle, ballade, big band, jazz vocal, swing.

Stan Kenton - Kenton in Hi-FiCapitol Records - W-724 (mono) (1956), SW 724 (stéréo) (1959), 33 1/3 rpm. Genre : jazz progressif, big band, swing.

Johnny Griffin - Introducing Johnny GriffinBlue Note - BLP 1533 (mono) (1957, fév.), Classic Records - BLP 1533 (2002), 33 1/3 rpm, 200g. Genre : jazz, bebop, hard bop, ballades.

Miles Davis - ‘Round About Midnight. Columbia - CL949 (mono) (1957, mars), 33 1/3 tours. Genre : cool jazz, bebop, hard bop.

2024 PMA Magazine. Tous droits réservés.


Chers lecteurs,

Comme vous le savez peut-être, PMA est un magazine indépendant de musique et d'audio grand public qui s'enorgueillit de faire les choses différemment. Depuis trois ans, nous nous efforçons de vous offrir une expérience d'écoute authentique. Notre engagement ? L'authenticité absolue. Nous nous tenons à l'écart des influences commerciales et veillons à ce que nos articles soient authentiques, non filtrés et fidèles à nos valeurs.

Cependant, l'indépendance ne va pas sans difficultés. Pour poursuivre notre aventure de journalisme honnête et maintenir la qualité du contenu que vous aimez, nous nous tournons vers vous, notre communauté, pour obtenir votre soutien. Vos contributions, aussi modestes soient-elles, nous aideront à poursuivre nos activités et à continuer à fournir le contenu que vous appréciez et auquel vous faites confiance. C'est votre soutien qui nous permet de rester indépendants et de garder nos oreilles sur le terrain, en écoutant et en partageant des histoires qui comptent, sans pression extérieure ni parti pris.

Merci beaucoup de participé à ce voyage.

L'équipe PMA

Si vous souhaitez faire un don, vous pouvez le faire ici.

Chercher un Sujet

et recevez nos magazines flipbook en avance

S'INSCRIRE POUR RECEVOIR NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Le champ Email est obligatoire pour s'inscrire.