Analogue Productions réédite Genesis : Selling England by the Pound

Analogue Productions réédite Genesis : Selling England by the Pound

,

Cet article a été publié pour la première fois dans Copper Magazine de PS Audio.

En 1973, j'étais en première année à l'Université d'État de New York à Albany. Une nuit, alors que je me trouvais dans mon lit de notre chambre universitaire, sur le point de m'endormir, mon colocataire Tim m'a demandé si ça me dérangeait de laisser la stéréo allumée. À moitié réveillé, j'ai répondu d'accord. L'animateur de la station de radio WRPI-FM, ou peut-être était-ce WQBK-FM, a annoncé : « Nous allons maintenant écouter la face A du nouvel album de Genesis, Selling England by the Pound. » C'est sympa, je n'en avais jamais entendu parler, bâillement...

Immédiatement, la voix de Peter Gabriel s'est fait entendre : “’Can you tell me where my country lies?’ Said the uni fawn to his true love’s eyes…” Puis le groupe c'est joint, créant une toile envoûtante et magnifique de guitares acoustiques et électriques, de piano et d'orgue, tandis que Gabriel continuait : “‘It lies with me!’ Said the Queen of Maybe. For her merchandise, he traded in his prize…”

Je me suis redressé, captivé.

Peu après, le groupe au complet — Gabriel (chant, flûte, hautbois, percussions), Phil Collins (batterie, percussions, chant), Steve Hackett (guitares électriques et à cordes de nylon), Mike Rutherford (guitare 12 cordes, basse, sitar électrique) et Tony Banks (claviers, guitare 12 cordes) — a éclaté avec une force ouragan époustouflante et enlevée. C'était incroyable ! Et comme rien de ce que nous avions entendu auparavant. Après environ six minutes de rebondissements musicaux et lyriques et de jeu virtuose stupéfiant, la chanson s'est estompée dans un tourbillon hypnotique de flûtes, d'arpèges de guitare délicats et de claviers atmosphériques.

Je me suis tourné vers mon colocataire et nous avons tous les deux dit quelque chose comme : « p*tain ! Qu'est-ce que c'était ? »

Les aficionados de Genesis réaliseront bien sûr que nous étions sidérés par le premier morceau, « Dancing With the Moonlit Knight », le premier titre de Selling England by the Pound, qui a récemment été réédité par Analogue Productions sur vinyle 2-LP 45 tours et CD stéréo hybride dans le cadre de la célébration du 75e anniversaire d'Atlantic Records.

Je considère cet album comme un chef-d'œuvre absolu. Genesis avait déjà réalisé des travaux remarquables auparavant (comme je devais le découvrir plus tard) sur des albums tels que Foxtrot et Nursery Cryme, mais Selling England est, selon moi, le moment où tout s'est vraiment mis en place pour le groupe, combinant une brillance instrumentale avec une composition de chansons complexe mais nuancée, des paroles intelligentes et on pourrait même dire littéraires, une solidité rock musclée, une variété apparemment infinie de textures instrumentales, et ai-je mentionné une prouesse instrumentale étonnamment remarquable ?

Le deuxième morceau, « I Know What I Like (In Your Wardrobe) » allège le programme avec l'histoire d'un jeune homme qui préfère dormir sur un banc de parc plutôt que d'écouter les conseils de ses aînés envahissants. Vient ensuite l'une des plus grandes chansons du répertoire de Genesis, « Firth of Fifth ». Commencée par l'intro au piano arpégée et influencée par la musique classique de Tony Banks, la chanson monte graduellement en puissance jusqu'au solo de guitare monumental de Steve Hackett sur sa Les Paul saturée, l'un des moments les plus grands du rock progressif. En fait, je qualifierais cela de plus grand solo de guitare de l'histoire du rock. La face se termine par la ballade entraînée par la guitare 12 cordes « More Fool Me », avec Phil Collins au chant, une fin plaintive et pleine d'espoir pour la première face.

L'épique « The Battle of Epping Forest » lance la deuxième face avec un rythme de tambour martial et la flûte de Gabriel, l'introduction musicale parfaite à un conte de guerre des gangs où personne ne gagne, mais où abondent les jeux de mots astucieux, les changements de tempo et d'ambiance musicale, et même un peu d'humour en cours de route. Suit « After the Ordeal », un instrumental véritablement magnifique porté par la douce guitare à cordes de nylon de Hackett, de nombreuses harmonies de guitares et encore plus de ce jeu de clavier arpégé signature de Banks.

Vient ensuite, même selon les standards de cet album, l'une des chansons les plus époustouflantes jamais enregistrées par Genesis : la captivante et multifacette « The Cinema Show ». C'est une charmante histoire sur un Roméo et Juliette des temps modernes qui commence lentement et calmement, et qui, au cours d'environ 10 minutes, monte en puissance pour atteindre une démonstration époustouflante de virtuosité instrumentale. Phil Collins ne reçoit pas assez de crédit pour être le grand batteur qu'il est, comme le montre cette piste, et le reste du groupe est absolument en feu. L'album se conclut avec la courte coda, « Aisle of Plenty », un rafraîchissement nécessaire après la virtuosité éblouissante qui la précède.

Photo promotionnelle de Genesis, 1972. Debout : Peter Gabriel, Steve Hackett. Assis : Phil Collins, Mike Rutherford, Tony Banks. Photo de Barrie Wentzell.

Selling England by the Pound est l'un de mes albums préférés depuis que je l'ai entendu pour la première fois cette nuit-là au 306 Delancey Hall dans le Colonial Quad à SUNY Albany. C'est l'un de ces albums dont je ne me lasse jamais, même 51 (!) ans plus tard. Cependant, j'aurais aimé que la qualité sonore du LP original soit meilleure. Non pas qu'elle soit mauvaise, mais mon premier pressage américain sur « The Famous Charisma Label » est dynamiquement compressé, un peu applati et sombre, et manque de transparence. Il en va de même pour les derniers LPs américains d'Atlantic. La réédition Remaster Definitive Edition n'est pas beaucoup mieux, peut-être un peu meilleure en termes de dynamique et de clarté. Le Mix Stéréo 2007... eh bien, je vais être diplomatique... et dire que ce n'est pas ainsi que cet album doit être entendu. (Cependant, c'est mieux que de ne pas entendre la musique du tout.) Je recommande de chercher un LP original ou un CD Remaster Definitive Edition.

... ou encore mieux, ce nouveau LP d'Analogue Productions. (J'avoue, je n'ai pas passé en revue le SACD, car je n'ai pas de lecteur compatible sous la main.) Il est masterisé directement à partir de la bande maîtresse originale par Chris Bellman chez Bernie Grundman Mastering, et pressé sur un excellent vinyle de 180 grammes par Quality Record Pressings. Comme l'indique la pochette du disque, il est 100 % tout analogique. La couverture, réalisée par Stoughton Printing, est magnifiquement réalisée, avec une finition brillante et les paroles de la pochette intérieure originale reproduites sur la double page intérieure.

(Mise à jour du 9 janvier 2024 : le mixage original de SEBTP est à nouveau disponible sur Tidal et Qobuz, et en magasin, après des années durant lesquelles il n'était pas possible d'entendre autre chose que le Mix Stéréo 2007 sur les services de streaming.)

La qualité sonore de la réédition Analogue Productions est de loin la meilleure que j'aie jamais entendue pour cet album. Il y a beaucoup plus de présence, de profondeur et d'« air ». Vous pouvez entendre l'élocution de Peter Gabriel plus clairement — et le fait qu'il utilisait un très bon micro, quel qu'il soit. Il y a plus de caractère dans la pédale fuzz de la guitare de Steve Hackett — elle a une tonalité "voyellique" plus distincte et une décroissance granuleuse.

L'intro de synthé « tondeuse à gazon » de « I Know What I Like » a plus de texture et de définition, et à la fin de la chanson, vous pouvez entendre qu'il ne s'agit pas d'un, mais de plusieurs synthétiseurs. En fait, il y a plus de séparation et de caractère à tous les claviers, que ce soit le « tourbillon » du Mellotron ou l'attaque percutante de l'orgue et du piano à queue, qui ont ici une plus grande séparation stéréo et un plus grand sentiment de deux mains frappant les claviers. La batterie de Phil Collins a plus d'impact et de distinction, en particulier les toms, bien que j'ai l'impression qu'il n'y avait qu'une certaine quantité qu'ils pouvaient extraire de la bande maîtresse en termes de plage dynamique. Il y a une légère amélioration de la séparation des voix principales et des chœurs dans l'ensemble.

Il y a un certain nombre de sons que je n'avais tout simplement pas entendus auparavant, et gardez à l'esprit que mon ouïe n'est plus ce qu'elle était, et que j'ai entendu cet album plus de 100 fois. Il y a un tambourin sur « Firth of Fifth » que je n'avais jamais remarqué auparavant, ainsi que ce qui ressemble à un montage de bande lorsque la partie de synthé arrive juste avant le solo de Hackett. La flûte de Gabriel est plus soufflée. « More Fool Me » a une guitare électrique à travers une sorte de pédale de modulation qui était auparavant cachée.

Vous pouvez maintenant vraiment entendre le fait qu'il y a des bongos dans le canal gauche sur « The Battle of Epping Forest », et qu'ils sont accordés à des hauteurs distinctes. Vous pouvez également maintenant entendre plus clairement les voix de fond sur cette piste — regardez quand ils disent « pique-nique », par exemple.

Il y a des experts sur Internet qui disent que les premiers albums de Genesis souffrent d'un manque de « production ». Euh, ils ont tort. Écoutez cette piste sur ce set de vinyles avec ses réverbérations subtiles, ses claviers tremolo, son son panoramique et d'autres nuances sonores. Ou que dire des couches de jeu en doubles croches au début de « After the Ordeal » ? Et il y a une sorte de chose de percussion/clavier cliquetante au début de « The Cinema Show » qui était jusqu'alors inédite, du moins pour moi. En parlant de cette piste, le jeu de synthétiseur titanesque de Tony Banks pendant la fin le catapulte dans le Hall of Fame des Claviers du Rock Progressif.

La seule autre version de Selling England by the Pound qui se rapproche de cela est la réédition LP 33-1/3 tours de Classic Records que je veux dire des années 1990. En fait, selon une critique de cet album dans The Tracking Angle, cette nouvelle réédition a la même inscription « dead wax » qu'un test pressing Classic Records 45 tours de 2010. Mon exemplaire Classic Records 33-1/3 a « FC-6060 » dans le dead wax du côté un, tandis que la réédition a « FC-6060-A1-45 » là.

Néanmoins, la nouvelle réédition LP 45 tours d'Analogue Productions est non seulement le vainqueur clair sur le plan sonore, mais c'est un véritable cadeau pour tous ceux qui ont aimé cet album au fil des décennies.

En fait, des albums comme celui-ci sont la raison même des rééditions audiophiles. Il est facile de devenir parfois cynique et de penser que les maisons de disques ne font que traire les portefeuilles des audiophiles avec un flux incessant de rééditions. Mais je vais le mettre en perspective personnelle. Je chéris Selling England by the Pound. Je trésorise la musique, et ma vie en a été enrichie pendant très longtemps. Je peux maintenant l'entendre avec une qualité sonore meilleure que jamais. C'est une chose merveilleuse.

Pour plus d'articles comme celui-ci, visitez Copper Magazine.

2024 PMA Media. Tous les droits sont réservés.


Chers lecteurs,

Comme vous le savez peut-être, PMA est un magazine indépendant de musique et d'audio grand public qui s'enorgueillit de faire les choses différemment. Depuis trois ans, nous nous efforçons de vous offrir une expérience d'écoute authentique. Notre engagement ? L'authenticité absolue. Nous nous tenons à l'écart des influences commerciales et veillons à ce que nos articles soient authentiques, non filtrés et fidèles à nos valeurs.

Cependant, l'indépendance ne va pas sans difficultés. Pour poursuivre notre aventure de journalisme honnête et maintenir la qualité du contenu que vous aimez, nous nous tournons vers vous, notre communauté, pour obtenir votre soutien. Vos contributions, aussi modestes soient-elles, nous aideront à poursuivre nos activités et à continuer à fournir le contenu que vous appréciez et auquel vous faites confiance. C'est votre soutien qui nous permet de rester indépendants et de garder nos oreilles sur le terrain, en écoutant et en partageant des histoires qui comptent, sans pression extérieure ni parti pris.

Merci beaucoup de participé à ce voyage.

L'équipe PMA

Si vous souhaitez faire un don, vous pouvez le faire ici.

CHERCHER UN SUJET

et recevez nos magazines flipbook en avance

S'INSCRIRE POUR RECEVOIR NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Le champ Email est obligatoire pour s'inscrire.