Le CD fait-il un retour en force ?

Le CD fait-il un retour en force ?


Les usines de pressage de disques vinyles produisent déjà à pleine capacité, ce qui fait que chaque nouveau pressage prendra six mois ou plus avant d’arriver dans les bacs. Le disque vinyle, autrefois discrédité, est devenu l'un des rares centres de revenus de l'industrie du disque en dehors du streaming. Et maintenant, la grande surprise ! Le format de prédilection d’une poignée de personnes tenaces malgré l’invention du MP3, le pauvre CD, a pour le moment arrêté son déclin et affiche à nouveau des gains de ventes. Les défenseurs du CD se réjouissent! C'est la victoire ! Mais est-ce vraiment le cas ? La longue chute est-elle vraiment terminée ?

Selon le compilateur de données musicales MRC Data, les ventes de CD sont passées de 40,16 millions d'unités en 2020 à 40,59 millions en 2021, marquant ainsi la première augmentation des ventes de CD d'une année sur l'autre depuis 2004. Dans le même temps, les ventes d'albums en vinyle ont connu une augmentation massive de 50,4 %. Toujours en 2021, le vinyle a connu sa plus grande semaine de ventes depuis 1991, avec 2,11 millions d'albums vinyles vendus la semaine du 23 décembre. Ce dernier chiffre est faussé par un facteur très révélateur : les albums de trois femmes - Adele, Taylor Swift et Olivia Rodrigo - sont tous sortis avant Noël. Désolé les gars, mais dans tous les genres, les femmes continuent d'être la force commerciale la plus vitale de la musique populaire actuelle.

Disque compact, audio, audiophile, CD, musique numérique

Il est ironique, ou plutôt karmique, que pour une industrie qui compte autant sur ce qui est nouveau et excitant pour se réinventer constamment, les maisons de disques soient désormais sous l'emprise de l'adage "Faire du neuf avec du vieux ". Que les CD allaient finir par revenir a été le mantra plein d'espoir de beaucoup de gens qui ont converti leurs collections de 33 tours en CD dans les années 80 et 90. Les disques vinyles sont revenus en force, pourquoi pas les CD ? Même les cassettes sont devenues désirables. Je continue de m'étonner de la croissance des labels de musique "uniquement pour cassettes". Pour illustrer la profondeur du phénomène de renaissance des supports physiques, même les cylindres de cire d'Edison atteignent aujourd'hui régulièrement plus de 50 dollars sur eBay et la plupart des gens n'ont même pas de lecteur pour les écouter !

Comme le savent tous ceux qui ont déjà appuyé sur le bouton "play", les disques compacts ont toujours eu des problèmes. Ils sont toujours trop chers. Lorsqu'ils sont apparus, les maisons de disques ont assuré aux acheteurs qu'une fois qu'ils commenceraient à se vendre, les économies d'échelle se feraient sentir et que leur prix baisserait. 10 $, c'était le prix annoncé par les labels. Inutile de dire - et ce n'est pas une surprise - que cela n'est jamais arrivé. Le réenregistrement par Taylor Swift de son album Red de 2012, désormais appelé Red Taylor's Version, qui est sorti en novembre 2021, est au prix catalogue de 17,98 $. Le prix catalogue pour le vinyle est de 49,99 $. Et puis il y a l'emballage. Pour des raisons que je n'ai jamais vraiment comprises, les boîtiers en plastique suscitent une haine virulente. Ces derniers temps, diverses solutions pour emballer les CD, dont la plupart portent un préfixe "éco" responsable, comme dans "ecopack", ont consciencieusement pris le relais du boîtier en plastique.

Les raisons pour lesquelles le CD pourrait effectivement faire un retour en force commencent par la commodité. Les CD sont faciles d’utilisations. On les insère et on appuie sur le bouton de lecture. Une fois la lecture démarrée, celle-ci dure plus longtemps que les disques vinyles - pas de retournement des faces- et ils n'ont pas les craquements et les pops des microsillons. De plus, à moins que vous n'en abusiez, ils durent beaucoup plus longtemps que les disques microsillon, fragiles et sensibles à la température. (En toute sincérité : bien que je possède des CD, j'ai un amour primitif pour les vinyles et, plus récemment, une appréciation croissante du streaming haute résolution). Pour les collectionneurs de musique et les fanatiques, la plus grande force du CD a toujours été la magie que la technologie numérique a exercée sur les anciennes formes de supports physiques. Une fois numérisée, la musique compilée à partir de 78 tours en décomposition ou de 45 tours disparus reprend vie. Avec le développement des logiciels et des convertisseurs numériques, le son des versions numérisées des vieux disques s'est encore amélioré. À cela s'ajoute le fait qu'il existe une grande quantité de musique qui ne sera jamais disponible dans un format plus performant. À moins d'une demande énorme et de dépenses considérables, une grande partie du rock indépendant et alternatif des années 90, dont une partie a été convertie en MP3, ne sera jamais disponible que sur des CD 44,1 kHz/16 bits.

Et puis, bien sûr, il y a le problème, humm… de la pénétration. L'industrie du disque et les grands fabricants de matériel audio ont tout fait pour tuer le disque microsillon et convaincre tout le monde de se débarrasser de leur vinyle et d'acheter les petits disques brillants, qu'ils ont présentés comme quasiment indestructibles et offrant un "son parfait pour toujours". Sans oublier les nouveaux appareils pour les lire. Pour les maisons de disques et les fabricants de matériel, c'est la ruée vers l'or. Étant donné le succès de la ruée vers le CD dans les années 90, beaucoup d'entre nous ont aujourd'hui trop de CD dans nos collections pour les abandonner complètement. Allez-vous vraiment acheter une autre série de rééditions des 33 tours des Beatles, quel que soit le format, quelle que soit la qualité du nouveau re-matriçage ? Bien que cette question puisse être débattue, il ne fait aucun doute que la simple tactilité est une force puissante lorsqu'il s'agit de l'argument du support physique. De nombreux fans de musique veulent posséder une collection remplie de disques à laquelle ils peuvent littéralement s'accrocher. La leçon la plus importante à en tirer est peut-être que la prochaine fois que l'industrie musicale proposera une nouvelle technologie de lecture, il vaudra mieux attendre et voir plutôt que de convertir précipitamment notre bibliothèque musicale à un nouveau format. Pensez à toutes les heures perdues à charger des CD sur des unités de disques durs, une activité qui prend énormément de temps et que le streaming rend complètement obsolète.

Alors, cette reprise des ventes de CD est-elle temporaire ou l'hémorragie a-t-elle été stoppée ? Les gens achètent-ils vraiment à nouveau des CD ? Ce qui nous amène à des questions plus vastes et beaucoup plus cruciales sur le monde numérique et la tactilité, les supports physiques et la bibliothèque virtuelle. Par une autre ironie du sort, le téléchargement, le piratage et le streaming pourraient-ils encourager la possession d'une bibliothèque musicale physique ? La nouveauté consistant à disposer de notre bibliothèque musicale, ou d'une grande partie d'entre elle, sur des smartphones ou dans le nuage ne s'est-elle pas essoufflée et n'a-t-elle pas incité les auditeurs à posséder une collection plus durable et de meilleure qualité, composée de vinyles et, oui, même de CD ? Même s'il s'agit d'un événement isolé, quelque chose se prépare dans le vaste univers de l'écoute et de la collection de musique. Les plus de 40 millions de CD vendus, bien qu'en baisse considérable par rapport au pic des années 90, restent un chiffre impressionnant.

Il est clair que tout cela est un grand réconfort pour les personnes qui sont fortement investies dans le monde du CD. Les disquaires d'occasion s'en réjouissent également, car nombre d'entre eux ont parié sur le retour du CD et disposent de boîtes de CD d'occasion qui remplissent les arrière-salles et tapissent les murs. Admettez-le, ces somptueux coffrets de CD sont toujours aussi merveilleux. Même les fabricants d'appareils audio commencent peut-être à se rendre compte que les lecteurs de CD ont encore de la valeur après tout. Mais, encore une fois, s'agit-il d'une illusion ou d'un nouveau départ ? Restez à l'écoute !

2024 PMA Media. Tous les droits sont réservés.


Chers lecteurs,

Comme vous le savez peut-être, PMA est un magazine indépendant de musique et d'audio grand public qui s'enorgueillit de faire les choses différemment. Depuis trois ans, nous nous efforçons de vous offrir une expérience d'écoute authentique. Notre engagement ? L'authenticité absolue. Nous nous tenons à l'écart des influences commerciales et veillons à ce que nos articles soient authentiques, non filtrés et fidèles à nos valeurs.

Cependant, l'indépendance ne va pas sans difficultés. Pour poursuivre notre aventure de journalisme honnête et maintenir la qualité du contenu que vous aimez, nous nous tournons vers vous, notre communauté, pour obtenir votre soutien. Vos contributions, aussi modestes soient-elles, nous aideront à poursuivre nos activités et à continuer à fournir le contenu que vous appréciez et auquel vous faites confiance. C'est votre soutien qui nous permet de rester indépendants et de garder nos oreilles sur le terrain, en écoutant et en partageant des histoires qui comptent, sans pression extérieure ni parti pris.

Merci beaucoup de participé à ce voyage.

L'équipe PMA

Si vous souhaitez faire un don, vous pouvez le faire ici.

CHERCHER UN SUJET

et recevez nos magazines flipbook en avance

S'INSCRIRE POUR RECEVOIR NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Le champ Email est obligatoire pour s'inscrire.