Un hommage à la première dame de l’Amour, Donna Summer (1948-2012), la Reine du Disco, Partie 1

Un hommage à la première dame de l’Amour, Donna Summer (1948-2012), la Reine du Disco, Partie 1


Donna Summer - Love to Love You Baby - Ital..jpg

En 1967, Aretha Franklin a remporté le prix du respect respect du public, de la presse et de ses pairs musiciens. Elle est alors couronnée reine de la soul et se fait surnommée Lady Soul. Quelques années plus tard, au milieu des années 70, alors que le disco commence à supplanter la soul, deux femmes cherchent à succéder au trône d'Aretha : la glorieuse Gloria Gaynor et la superbe diva Donna Summer. Gloria Gaynor remporte d’abord le titre, mais ne fait que garder le siège chaud pour Donna Summer qui, en termes de succès, de créativité musicale et d'influence durable, émerge bien au sommet.

Née LaDonna Adrian Gaines à Boston, Donna Summer apprend à chanter à l'église avant de "flirter" avec le rock. Espérant poursuivre une carrière de chanteuse, elle part pour Munich à la fin des années 60 et obtient le rôle principal dans la version allemande de la comédie musicale Hair. Quelques années plus tard, elle s'installe en Autriche où elle se marie brièvement avec l'acteur autrichien Helmut Sommer, dont elle conserve le nom après leur divorce, le modifiant pour la postérité en remplaçant le "o" par un "u". Sa carrière commence à décoller en 1973, suite à sa rencontre avec des producteurs-compositeurs basés en Allemagne : l'Italien Giorgio Moroder et l'Anglais Pete Bellotte, dans leurs studios MusicLand à Munich. La collaboration du trio durera sept ans, donnant lieu à une musique révolutionnaire qui dominera les pistes de danse pendant toute la seconde moitié de la décennie disco.

L’idée initiale de Summer, "Love To Love You"- comme elle s'intitule à l'origine - est inspirée par le tube français de 1969 de Serge Gainsbourg et Jane Birkin, "Je t'aime... moi non plus". L'original français, extrêmement sensuel et sexuel pour l'époque, est vaguement "traduit" et transformé en une chanson anglaise aux pulsations lentes, presque érotiques, qui fait sensation sur les pistes de danse pendant l'été 1975. Bellotte et Moroder ont intelligemment emprunté une page ou deux au maître de la sensualité, l'icône de l'amour elle-même, M. Barry White et de son premier album de 1973, J'ai tant à donner [20th Century T-407]. Le single européen original de 3 minutes [sur Groovy] a attiré l'attention de Neil Bogart, le grand patron de Casablanca Records, basé à Los Angeles. La rumeur veut qu'il l'ait passé en boucle lors d'une soirée privée, convainquant plus tard Giorgio de l'allonger de façon substantielle et citant le tube phare d'Iron Butterfly de 1968, "Acid Rock".In-A-Gotta-Da-Vida" qui fait fureur en 1968. La version intégrale de 17 minutes qui s'ensuit scelle l'accord avec Casablanca, qui s’assure de la distribution en Amérique du Nord via son label Oasis basé à Munich. Love To Love You Baby et sa chanson éponyme représentent le premier et l'un des plus beaux chefs-d'œuvre de l'Eurodisco jamais produit. La version étendue fait toute la différence entre une bonne et une excellente chanson. Il s'agit également de la première chanson disco à dépasser la barre des 10 minutes et à occuper une face entière de disque. Elle devient le modèle de base dont plusieurs artistes et producteurs Eurodisco "construisent" et "déconstruisent" leurs propres compositions. Un must absolu, autant pour la musique que la qualité du son, dans toute collection de disques sérieuse. Si vous vous limitez à un seul album de Donna Summer (ce que vous ne devriez pas faire) c'est celui-là.

Après que la "dream team" ait touché l'or, ils ont plus ou moins répété la même formule gagnante pour l'album suivant, Une trilogie de l'amour en mars 1976. Ce troisième album studio (le premier de Summer était le non-disco La dame de la nuit, sorti uniquement en Europe) introduit des allusions d’album conceptuel comme modèle choisi. Le principal titre disco, "Try Me I Know We can Make It, sorti uniquement en Europe) introduit des allusions d’album conceptuel comme modèle choisi. Le principal titre disco, "Try Me I Know We can Make It", est une suite ininterrompue de quatre actes. Par rapport à "Love To Love You Baby", le tempo est plus rapide (près de 30 BPM de plus) et comprend plus de synthétiseurs, signes de l'influence croissante de Giorgio sur la composition. Cela dit, nous sommes toujours en territoire Eurodisco plutôt qu'électro-disco. Occupant la totalité de la première face, la chanson dure près de 18 minutes, soit un peu plus d'une minute de plus que "Love to Love You Baby". Musicalement, c'est un autre chef-d'œuvre de l'Eurodisco, et bien qu'il ne soit pas aussi ouvertement sensuel ou qu'il n'ait pas la même "sensation" que "Love To Love You Baby", de nombreux DJ et de nombreux amateurs de disco placent le morceau au sommet du catalogue de Summer. La deuxième face comprend un autre beau trio de chansons disco non mixées, dont la chanson d’ouverture "Prélude à l'amour", qui sert d'intro à une superbe reprise de la ballade "Serait-ce de la magie ?" de Barry Manilow et réussit à devenir le deuxième single disco du LP. Enfin, "Gaspillage", et la chanson de fermeture "Viens avec moi", sont ce que j'appelle des titres "dormants" dans la mesure où malgré le fait qu’ils soient excellents, ils n'ont pas bénéficié de la même promotion radiophonique que les titres plus populaires.

Donna Summer - I Remember Yesterday.jpg

En octobre 1976, Les quatre saisons de l'amour—le premier album sorti sur le nouveau label américain, utilise pleinement le format de l'album concept. Si Vivaldi a présenté son concerto pour violon baroque Les quatre saisons (les quatre saisons) en 1723, Bellotte et Moroder l’ont transposé ici sur un fond de toile disco en constante évolution. L'album s'ouvre sur "Affaire de printemps", qui s'enchaîne parfaitement avec "La fièvre de l'été". En inversant les faces de l'album, le thème saisonnier se poursuit de plus bel avec l'original "Changements d'automne" qui, à travers le vent soufflant, se transforme en la douce ballade "Mélodie d'hiver". Enfin, pour boucler la boucle, nous reprenons "Spring Affair", bouclant ainsi un cycle de vie perpétuel et renouvelable. Il n'y a pas de "mauvaises saisons", mais la face A présente les morceaux les plus forts. La musique et l'ambiance qui en résultent sont distinctes de ce que le trio avait fait auparavant et des autres sorties de disco antérieures. Bien que je ne considère pas ce LP comme essentiel ou musicalement exceptionnel comme les deux précédents, je le recommande chaleureusement comme un excellent disque de disco et de Donna Summer et aussi pour son importance historique en tant que premier album conceptuel de disco.

En mai 1977, le groupe décide de revenir au format de leur album précédent, Une trilogie de l'amour , composé de quatre titres mixés sur la face A et de quatre titres non mixés sur la face B. L'album, Je me souviens d'hier , prend jour et est un autre album conceptuel. La première face est une suite en triptyque composée de "Je me souviens d'hier“, “L'amour n'est pas gentil", et "De nouveau amoureux, trois parties représentant respectivement les années 1940, 1950 et 1960, suivie du morceau titre pour clôturer élégamment le tout. Le chant et le scat dynamiques de Donna, accompagnés par les superbes arrangements du "big band" de Thor Baldursson, lui laissent toute la place pour se libérer de l’image hypersexualisée dans laquelle elle se sent si mal à l'aise.

La dernière chanson de l'album, "Je ressens de l'amour", est, sans aucun doute, l'une les chansons les plus influentes des années 70 et est considérée à juste titre comme l'une des plus importantes chansons de l'histoire et de la naissance du sous-genre appelé électro-disco qui influencera fortement la synthpop, l'EDM, la Hi-NRG, la house, la techno, la tech house, la trance et tout ce qui est électronique au cours des décennies suivantes. La combinaison des sons "plus froids" des synthétiseurs et des séquenceurs avec les voix plus chaudes de Summer créé une sorte de paradoxe dans la structure des chansons, et même dans la discothèque, où la musique évoque une sorte d'atmosphère de cybersexe robotique. En empruntant, modifiant et accélérant l'intro de "Je souhaite" de Stevie Wonder sur son double LP Chansons dans la clé de la vieGiorgio altère le funk organique et augmente le motif plus stérile du séquenceur à 8 notes. Lorsqu'est venu le temps de "I Feel Love" - étonnamment considéré comme une chanson "filler" au début - il a répété la même recette que d'autres avaient fait auparavant avec "La gueule de bois de l'amour" de Diana Ross [Motown PR-15 ou PR-16] ou encore avec l'intro du single 12 pouces de T-Connection sur "Faites ce que vous voulez" et "Superman" de Celi Bee & The Buzzy Bunch.Je recommande vivement de se procurer le single 12 pouces à une face qui est sorti peu de temps après et qui non seulement présente un meilleur espacement des sillons, mais est aussi une version étendue (8 minutes) comprenant un deuxième break plus long qui n'existe pas sur la version originale du LP.

Lire la deuxième partie ici

Pour plus d’information sur la musique par Claude Lemaire, visitez:

https://soundevaluations.blogspot.ca/

Donna Summer avec Giorgio Moroder
(Photo Echoes/Redferns) Donna Summer avec Giorgio Moroder

Liste de référence (singles, albums et labels) :

  • "Je t'aime... moi non plus" [Fontana MF 260 241]
  • J'ai tant à donner [20e siècle T-407]
  • "In-A-Gotta-Da-Vida" [Atco SD 33-250]
  • Love To Love You Baby [Durium Marche Estere D. 30-240 ou Groovy DGR 8501 ou Atlantic ATL 50 198 ou Oasis OCLP 5003].
  • Une trilogie de l'amour [Durium Marche Estere D. AI 30-248 ou Groovy GR 9001 ou Oasis OCLP 5004]
  • Les quatre saisons de l'amour [Durium Marche Estere D. AI 30-257 ou Groovy GR 9002 ou Casablanca NBLP 7038]
  • Je me souviens d'hier, [Groovy GR 9003 ou Casablanca NBLP 7056]
  • "I Feel Love" [Casablanca NBD 20104]
  • "Love Hangover" [Motown PR-15 ou PR-16]
  • Chansons dans la clé de la vie [Tamla T13-340C2]
  • "Do What You Wanna Do" [T.K. Disco 24]
  • "Superman" [T.K. Disco 37]

2024 PMA Media. Tous les droits sont réservés.


Chers lecteurs,

Comme vous le savez peut-être, PMA est un magazine indépendant de musique et d'audio grand public qui s'enorgueillit de faire les choses différemment. Depuis trois ans, nous nous efforçons de vous offrir une expérience d'écoute authentique. Notre engagement ? L'authenticité absolue. Nous nous tenons à l'écart des influences commerciales et veillons à ce que nos articles soient authentiques, non filtrés et fidèles à nos valeurs.

Cependant, l'indépendance ne va pas sans difficultés. Pour poursuivre notre aventure de journalisme honnête et maintenir la qualité du contenu que vous aimez, nous nous tournons vers vous, notre communauté, pour obtenir votre soutien. Vos contributions, aussi modestes soient-elles, nous aideront à poursuivre nos activités et à continuer à fournir le contenu que vous appréciez et auquel vous faites confiance. C'est votre soutien qui nous permet de rester indépendants et de garder nos oreilles sur le terrain, en écoutant et en partageant des histoires qui comptent, sans pression extérieure ni parti pris.

Merci beaucoup de participé à ce voyage.

L'équipe PMA

Si vous souhaitez faire un don, vous pouvez le faire ici.

CHERCHER UN SUJET

et recevez nos magazines flipbook en avance

S'INSCRIRE POUR RECEVOIR NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Le champ Email est obligatoire pour s'inscrire.