Le numérique se résume-t-il à des chiffres et des zéros ?

Le numérique se résume-t-il à des chiffres et des zéros ?

,

Je fais partie de plusieurs groupes Facebook liés à l'audio, y compris Streaming Music Matters, qui est administré par David Solomon de Qobuz. Bien que l'accent incontestable du groupe soit la diffusion de musique via Qobuz, il y a aussi de nombreuses discussions techniques vives et intenses couvrant tous les aspects du streaming et de son équipement associé. Beaucoup de ces discussions incluent des membres des groupes Facebook Roon , par exemple, et ces discussions se résument généralement à des désaccords entre deux factions principales dans la lecture de fichiers numérique. Ces factions comprennent le camp des « uns et des zéros » (nous les appellerons objectivistes) et le contingent « Je peux définitivement entendre une différence » (nous les appellerons subjectivistes). Je fais partie de ce dernier groupe, et je participe à un fil de discussion Facebook en cours qui dure maintenant depuis plus d'un mois.

Le message original a été fait en réponse à une critique du lecteur CD, Hegel Viking, rédigée par le vénérable Herb Reichert, qui est apparue dans un numéro récent de Stereophile. Herb y affirmait que le lecteur Hegel surpassait en performance le même fichier diffusé en continu à travers son installation. Herb a ensuite longuement réfléchi sur le rôle possible du numérique dans la différence qu'il entendait entre la lecture de disques et la diffusion en continu. Les objectivistes se sont alors déchaînés, affirmant qu'il ne pouvait pas y avoir de différences entre le son provenant du lecteur de disques et celui du fichier en diffusion continu, car les bits sont des bits, tout est numérique, et il est impossible d'entendre des différences entre des sources numériques parfaitement identiques. Tout ce que Herb entendait, selon eux, n'était pas dû à des éléments numériques, mais psychologiques. Voici l'une des premières déclarations de l'auteur de la publication sur Facebook : « L'idée que la diffusion en continu est musicalement différente d'un transport ou d'un lecteur CD est absurde. »

Lecteur CD Hegel Viking

La discussion s'est poursuivie pendant des semaines, puis, après une semaine de silence, le fil de discussion a de nouveau (et de manière tout à fait inattendue !) refait surface de façon tumultueuse. « Tumultueuse » est peut-être une description largement sous-estimée. L'accélération de l'intensité de la discussion jusqu'au niveau DEFCON 5 semblait se profiler dans l'esprit de nombreux participants. Voici un commentaire d'un objectiviste dans un message instantané après la reprise du fil : « [juron supprimé] Je n'arrive pas à [juron supprimé] croire qu'on reprenne cette [juron supprimé] route encore une fois ! » Vous voyez le tableau : beaucoup de décorum et de détente de la part de tous les participants.

L'essentiel se résume ainsi : le camp des objectivistes soutient qu'il ne peut y avoir aucune différence dans le son produit par les équipements et accessoires numériques. Tout est numérique, ce qui par essence se résume à des uns et des zéros, et rien - que ce soit l'équipement ou les câbles impliqués dans le chemin de lecture numérique - ne pourrait altérer le son du signal source numérique, car tout n'est que des uns et des zéros. Point final. Ce point de vue s'oppose assez nettement à celui de tous les autres qui croient pouvoir entendre des différences dans la lecture de la musique en insérant différents câbles numériques et/ou équipements auxiliaires. Une partie de l'argumentation permanente qui réussit toujours à s'immiscer dans la discussion entre les deux groupes est là où les subjectivistes accusent les objectivistes de faire des déclarations sur la qualité sonore basées strictement sur la théorie, et qu'ils n'ont jamais réellement écouté aucun des équipements ou de la musique en question. C'est essentiellement une bataille entre techniciens informatiques et amateurs de musique : vous savez, les geeks contre les freaks.

Une analogie de mon passé

J'ai travaillé pendant des décennies dans le domaine de l'art commercial, notamment dans la publicité et l'impression commerciale à grande échelle. Pendant des générations, la préparation de l'art commercial était un processus mécanique, pratique et entièrement analogique. Chaque étape, de la préparation de l'œuvre d'art à la création du film négatif et à la gravure des plaques d'impression en métal, était réalisée à la main et nécessitait l'intervention de plusieurs personnes. Il y a environ 40 ans, lorsque la création et la production d'art commercial ont commencé à être informatisées et entièrement numériques, les choses ont radicalement changé. Il y avait un fossé énorme entre les concepteurs et les directeurs artistiques qui créaient les œuvres d'art et les techniciens d'imprimerie qui les préparaient pour le processus d'impression.

Au début, la sagesse conventionnelle dans l'imprimerie commerciale soutenait que les nouveaux processus informatisés nécessitaient des personnes « informatiques » pour faire fonctionner le nouvel équipement. Le problème s'est avéré être que les informaticiens embauchés pour effectuer les travaux n'avaient aucune compréhension du processus d'impression et ne pouvaient pas générer de films ou de plaques métalliques qui satisfaisaient aux objectifs de conception des directeurs artistiques et des annonceurs. Cela a engendré une courbe d'apprentissage de dix ans qui a finalement été résolue en requalifiant les employés traditionnels de l'imprimerie en opérateurs informatiques, ce qui leur a donné une perspective unique sur les processus mécaniques (analogiques) par rapport aux processus informatisés (numériques). Beaucoup de ces employés étaient des artisans compagnons, et la plupart de ceux qui, par principe, ont rejeté l'offre de se requalifier en opérateurs informatiques se sont finalement retrouvés au chômage. Heureusement, j'ai accepté l'offre et, en conséquence, je suis devenu assez compétent en informatique – une décision qui a modifié et informé mon existence de ce moment dans les années 1990 à aujourd'hui. Avant cela, j'avais rarement été près d'un ordinateur, mais ma capacité à apporter une perspective analogique de toute une vie à une technologie numérique émergente s'est avérée inestimable.

L'analogique et le numérique sont indissociablement entrelacés dans de nombreux aspects de la vie, et ce concept a influencé mon appréciation de la lecture de musique numérique, que j'apprécie de plus en plus grâce à un éventail croissant d'équipements sources numériques. Et je veux clarifier une chose ; je ne dénigre pas le point de vue de quiconque sur le sujet. Je crois simplement que l'argument entier des uns et zéros est une simplification excessive du processus de diffusion en continu numérique et des problèmes en jeu. Il y a trop d'autres variables à considérer, et, bien sûr, les DAC contiennent à la fois des circuits analogiques et numériques, d'où le nom de Convertisseur Numérique-Analogique. Lorsque les objectivistes disent que les bits sont des bits, c'est généralement toujours formulé de manière à signifier que la partie numérique de l'équation globale est sans doute l'élément le plus important de la conversion numérique-analogique. Et la plupart des fabricants ne font pas toujours preuve d'une transparence totale sur la façon dont leurs DAC traitent les fichiers numériques, ou, finalement, la conversion numérique-analogique. Il y a beaucoup de place pour la conjecture dans ce domaine.

Voici une autre citation de la suite récente du fil Facebook mentionné plus tôt : « En réalité, les bits sont juste des bits. Il n'y a pas de 'bit' qui ait une qualité de musicalité ; aucun bit qui ait l'attribut de gamme dynamique ; aucun bit qui ait des qualités de chaleur ou d'analyse. Tous les bits, qu'ils soient extraits ou diffusés en continu, sont exactement les mêmes... » Ceci n'est que la pointe de l'iceberg numérique, et je continuerai à partager mes réflexions sur ce sujet dans un autre volet prochainement. D'ici là, Joyeuses Fêtes et bonne écoute !

2024 PMA Magazine. Tous droits réservés.


Chers lecteurs,

Comme vous le savez peut-être, PMA est un magazine indépendant de musique et d'audio grand public qui s'enorgueillit de faire les choses différemment. Depuis trois ans, nous nous efforçons de vous offrir une expérience d'écoute authentique. Notre engagement ? L'authenticité absolue. Nous nous tenons à l'écart des influences commerciales et veillons à ce que nos articles soient authentiques, non filtrés et fidèles à nos valeurs.

Cependant, l'indépendance ne va pas sans difficultés. Pour poursuivre notre aventure de journalisme honnête et maintenir la qualité du contenu que vous aimez, nous nous tournons vers vous, notre communauté, pour obtenir votre soutien. Vos contributions, aussi modestes soient-elles, nous aideront à poursuivre nos activités et à continuer à fournir le contenu que vous appréciez et auquel vous faites confiance. C'est votre soutien qui nous permet de rester indépendants et de garder nos oreilles sur le terrain, en écoutant et en partageant des histoires qui comptent, sans pression extérieure ni parti pris.

Merci beaucoup de participé à ce voyage.

L'équipe PMA

Si vous souhaitez faire un don, vous pouvez le faire ici.

Chercher un Sujet

et recevez nos magazines flipbook en avance

S'INSCRIRE POUR RECEVOIR NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Le champ Email est obligatoire pour s'inscrire.