Sur la Route des Palmarès : L'Épopée de Billboard

Sur la Route des Palmarès : L'Épopée de Billboard


Le premier classement du Billboard, le 27 juillet 1940

Bienvenue dans les coulisses de l'industrie musicale, là où les tubes sont créés, les carrières lancées et les rêves réalisés : les classements du Billboard. Depuis leur création, ils sont l'instrument de mesure du succès musical, mais comment ont-ils évolué pour refléter nos habitudes de consommation musicale en perpétuelle mutation ? Prenez votre pass pour les coulisses et plongeons dans le monde de la musique.

Acte 1 : Un air de commencement - Les origines du classement Billboard

Imaginez un peu : Nous sommes dans les années 1940. Le swing est à la mode et le monde est sur le point de connaître des bouleversements sismiques. Au milieu du bourdonnement de la machine de guerre et des murmures de la paix à venir, un magazine musical américain prête l'oreille aux harmonies de la nation. Billboard - une publication vieille de cinquante ans qui couvrait à l'origine les carnavals et le monde du spectacle - est prêt à augmenter le volume.

Un jour d'été - le 26 juillet 1940, pour être précis - Billboard décide d'amplifier les voix de l'industrie musicale et de ses auditeurs en publiant son premier Music Popularity Chart (tableau de popularité de la musique). C'est la première fois que l'on mesure le succès d'un enregistrement musical en se basant uniquement sur les ventes. L'art d'Armstrong, les crooners de Crosby et la virtuosité de Vivaldi étaient désormais plus que de simples amuseurs publics ; ils étaient des concurrents dans une course mélodieuse vers le sommet des hit-parades.

Alors, comment Billboard a-t-il trouvé le fil conducteur pour que tout cela se produise ? Tout a commencé par un humble travail d'enquête. Le magazine s'adressait aux détaillants de disques et aux stations de radio, recueillant des données sur les ventes de disques et les diffusions à la radio. Même les juke-boxes imprégnés de nostalgie, pierres angulaires de tout bon bar ou restaurant, recueillaient des données et contribuaient à ces classements.

Cette méthode analogique de collecte de données était aussi simple que les A-B-C du do-re-mi, mais elle n'était pas exempte de défauts. Les grands magasins de disques et les stations de radio avaient une voix plus importante dans la chorale, ce qui pouvait fausser les classements. Les erreurs dans les rapports, comme les chanteurs qui ne sont pas au diapason lors d'un concert, pouvaient déséquilibrer l'ensemble du palmarès. Et pourtant, cette méthode a fait ses preuves. Ce processus a permis d'obtenir un reflet relativement précis des goûts musicaux de la nation, jetant ainsi les bases du hit-parade qui allait se poursuivre pendant les huit décennies suivantes.

C'était une époque où quelques ventes de disques, quelques passages à la radio et quelques succès dans les juke-box pouvaient propulser une chanson accrocheuse vers une renommée nationale. Il s'agissait d'un système simple, reflétant des temps plus simples, qui ouvrait la voie à la magnifique symphonie de l'évolution de l'industrie musicale.

Acte 2 : La symphonie SoundScan - Révolutionner les palmarès du Billboard

Tout comme la révolution du rock and roll a remodelé le son des années 60, la nouvelle ère du Billboard s'apprête à revoir sa méthode de classement des succès musicaux dans les années 90. Entre en scène : le Nielsen SoundScan. Ce protagoniste, doté des prouesses technologiques de l'ère numérique naissante, était prêt à tout bouleverser.

Nous sommes en 1991, le hip-hop monte en puissance, le grunge se fraye un chemin jusqu'au devant de la scène et la technologie devient le nouveau maître de l'industrie musicale. Depuis plus d'un demi-siècle, le Billboard s'appuie sur de fidèles sondages manuels, une méthode aussi vintage que le vinyle et aussi charmante que les cassettes. Mais alors que le synthétiseur avait électrifié le monde de la musique, SoundScan était sur le point d'augmenter le volume de la précision du classement.

Avec la précision d'un virtuose et la portée d'une tour de diffusion, Nielsen SoundScan a commencé à collecter des données sur les points de vente directement à partir des caisses enregistreuses dans tout le pays. Il s'agissait d'une valse de données sans pareille - un processus aussi fiable et précis qu'un métronome. Soudain, les simples notes des ventes et des passages à la radio faisaient partie d'une mélodie complexe qui incluait chaque CD, cassette et disque vinyle vendu, capturant ainsi le rythme de la musique américaine en constante évolution.

Cette approche fine a fait mouche à plus d'un titre. Pour la première fois, les règles du jeu étaient les mêmes pour tous. Les grands magasins et les grandes stations n'ont plus le gros bout du bâton. Désormais, chaque vente, dans chaque magasin, compte. Les "underdogs" avaient finalement une chance d'être sous les feux de la rampe, et les résultats n'étaient rien de moins que du rock 'n' roll. Le célèbre "Nevermind" de Nirvana a évincé "Dangerous" de Michael Jackson de la première place, signalant non seulement la montée du grunge, mais aussi l'arrivée d'un système plus équitable de classement de la popularité de la musique.

L'avènement de SoundScan est comparable à l'échange par l'industrie musicale d'une guitare monocorde contre une Stratocaster. Il a amplifié les véritables voix des acheteurs de disques, en veillant à ce que chaque corde, chaque rythme et chaque note comptent. Ce faisant, le Billboard est passé d'une simple mélodie à l'orchestration d'une symphonie qui résume les goûts musicaux complexes de la nation.

Acte 3 : La danse numérique - Billboard embrasse l'avenir

À l'aube du XXIe siècle, une révolution numérique allait bouleverser la mélodie de l'industrie musicale. Les lecteurs MP3, le piratage sur l'internet et, enfin, les services de streaming étaient sur le point de changer le paysage musical pour toujours. Au milieu de cette cacophonie, les classements du Billboard étaient prêts à remodeler leur processus une fois de plus. Alors tournons l'aiguille jusqu'en 2005 et voyons comment ce troisième acte va changer la donne.

C'était une époque où les iPods étaient plus répandus que les Walkmans, et où la commodité du téléchargement l'emportait sur le charme des magasins de disques physiques. C'est dans ce contexte que Billboard s'est associé à Nielsen SoundScan pour intégrer pour la première fois les téléchargements numériques dans l'équation Billboard Hot 100. Cette décision était aussi révolutionnaire que le passage des Beatles à l'électrique.

Cette nouvelle danse avec les données numériques a donné un nouveau rythme aux palmarès. Une chanson n'avait plus besoin d'être diffusée à la radio ou d'être présente dans les magasins pour atteindre le sommet. Désormais, un succès viral sur l'internet pouvait se hisser au sommet des classements aussi facilement qu'une chanson produite par une grande maison de disques. Cette danse numérique, qui s'apparente à l'apparition d'un nouveau genre, a remodelé les classements du Billboard, les rendant encore plus représentatifs des goûts en constante évolution du public.

Mais le remix ne s'est pas arrêté là. En 2007, Billboard a introduit le classement des chansons numériques, reconnaissant ainsi le rôle des téléchargements numériques dans le paysage musical. Puis, en 2013, alors que les services de diffusion en continu devenaient les nouvelles têtes de liste, Billboard et Nielsen ont intégré les données des services de diffusion en continu dans le Hot 100, marquant ainsi un changement important dans l'histoire de l'industrie musicale.

La nouvelle formule ? Un algorithme complexe tenant compte de la diffusion en continu, de la diffusion à la radio et des ventes numériques et physiques. Chaque flux équivaut à 1/150e d'une vente de chanson numérique, et dix ventes de titres numériques équivalent à une vente d'album. Cette équation n'était pas seulement mathématique ; c'était aussi de la musique pour les oreilles d'une industrie qui essayait de suivre le rythme de son public numériquement averti.

Ce remix audacieux a permis au Billboard de rester le guide définitif du succès musical, en jouant une symphonie en constante évolution qui résonne avec chaque battement de cœur de l'Amérique.

Acte 4 : La sérénade du streaming - La cadence actuelle du palmarès

Bienvenue, amateurs de musique, dans l'ère de Spotify, Apple Music et YouTube, où la musique n'est plus liée à des contraintes physiques ou à des ondes radiophoniques. Le streaming est devenu la mélodie de notre époque, l'air sur lequel nous nous balançons tous, et naturellement, les charts du Billboard ont dû danser sur ce rythme.

Dans les années 2010, les services de streaming avaient dominé la scène musicale, et c'était clair : les charts avaient besoin d'un autre remix. C'est ainsi qu'avec la précision d'un maestro dirigeant un orchestre, Billboard a de nouveau peaufiné sa méthodologie de classement en 2018. Une nouvelle équation était née : une équation qui ferait la différence entre les streams à la demande (qui s'apparentent à l'achat pur et simple d'une chanson) et les streams programmés (qui s'apparentent davantage à l'écoute d'une chanson à la radio).

Dans cette nouvelle symphonie de chiffres, Billboard a accordé plus de poids aux streams d'abonnements payants. Dans cette composition, une lecture d'un abonnement premium équivalait à un point, tandis que les streams financés par la publicité valaient 2/3 d'un point et que les streams programmés étaient évalués à 1/2 point par lecture. Cette danse dynamique entre les différents types de streams reconnaît les nuances dans la manière dont nous consommons la musique à l'ère numérique.

Cette nouvelle méthodologie a également donné naissance à deux nouveaux classements : le Billboard 200, qui classe les albums et les EP les plus populaires aux États-Unis, et le Rolling Stone Top 100, qui classe les chansons en fonction de leurs ventes, de leur diffusion à la radio et de leur écoute en continu. Ces classements, à l'instar d'un nouvel album d'un artiste apprécié, ont donné un nouvel aperçu des goûts musicaux de la nation.

L'ère du streaming a permis à de nouveaux artistes de se faire connaître. Des artistes comme Billie Eilish, Lil Nas X et BTS, qui auraient pu être considérés comme des exceptions, se sont retrouvés en tête des palmarès. Cela témoigne de la véritable démocratie de la musique à l'ère numérique. N'importe quelle chanson, n'importe quel genre, provenant de n'importe quelle partie du monde, peut trouver un public mondial.

Cette période a été marquée par la démocratisation de la musique grâce au streaming. Une époque où le pouls des charts est dicté par le clic d'un bouton de lecture, la création d'une liste de lecture ou le partage d'une nouvelle découverte.

Acte 5 : L'horizon harmonique - la future sonate du Billboard

Alors que nous arrivons à l'aube de l'ère qui s'ouvre dans notre chronique du Billboard, faisons une pause et accordons-nous sur la symphonie inconnue mais passionnante de l'avenir. L'ère numérique continue de mener la musique de notre temps, et le palmarès des ventes est prêt à danser au rythme de la prochaine génération de technologies, de tendances et de goûts.

L'industrie de la musique, tout comme les morceaux que nous écoutons, est une entité dynamique et en constante évolution. De la même manière que l'iPod a révolutionné nos habitudes d'écoute, les nouvelles technologies font déjà vibrer les cordes du changement. Les concerts de réalité virtuelle, les morceaux composés par l'IA et les modèles de distribution musicale basés sur la blockchain font leur entrée sur la grande scène de notre récit musical. Alors que nous nous trouvons au bord du précipice de l'innovation, une chose reste claire : Billboard poursuivra son ballet permanent au rythme de l'industrie, en ajustant sa méthodologie pour refléter le paysage musical de demain, ou le fera-t-il ?

Un système défectueux ?

Mais on ne peut pas écrire un article sur le Billboard en omettant les controverses et les façons dont le système est exploité par les maisons de disques et les artistes. En effet, la créativité des tricheurs est souvent inégalée, et plusieurs artistes usent de stratégies pour atteindre le sommet du Billboard, suscitant la controverse. En voici quelques exemples :

Les controverses sur les offres groupéesLe "Bundling" est une stratégie de vente qui consiste pour les artistes à vendre leur nouvel album avec des produits dérivés ou des billets de concert afin de stimuler les ventes de l'album. Bien qu'il s'agisse d'une pratique courante dans l'industrie, elle a fait l'objet de critiques en tant que moyen artificiel pour gonfler les ventes d'albums. Par exemple, en 2019, DJ Khaled aurait menacé de poursuivre Billboard après que son album n'aille pas atteint la première place, en partie parce que Billboard a disqualifié plus de 100 000 de ses ventes liées à une offre promotionnelle de boissons énergisantes. En réponse à ces controverses, Billboard a annoncé en 2020 qu'il ne comptabiliserait plus les albums vendus avec des produits dérivés ou des billets de concert dans ses classements.

Payola: La payola est une pratique illégale qui consiste à payer des stations de radio ou des DJ pour qu'ils diffusent certaines chansons et augmentent artificiellement leur classement dans les palmarès. Bien que cette pratique ait été plus courante dans les premiers temps de la radio, elle s'est poursuivie sous diverses formes jusqu'à aujourd'hui. Le scandale le plus célèbre est probablement celui de la fin des années 1950 impliquant le légendaire DJ Alan Freed, qui a été reconnu coupable d'avoir accepté des pots-de-vin.

Politique de Billboard concernant les retours d'albums dans les années 70: Jusqu'au milieu des années 70, Billboard comptabilisait les albums invendus retournés par les détaillants comme des ventes. Cette pratique a conduit à une inflation importante des classements et à des manipulations de la part des maisons de disques qui expédiaient de grandes quantités d'un album aux détaillants, sachant que beaucoup d'entre eux seraient renvoyés mais tout de même comptabilisés comme des ventes.

Le "Streaming Farming" et la falsification des streams: Le streaming étant devenu un facteur important dans le classement des charts, certains artistes et producteurs ont tenté d'exploiter ce système. Il y a eu des allégations de "fermes de streaming", où des centaines d'appareils jouent les chansons d'un artiste en boucle pour gonfler le nombre de streams. Certains artistes ont également été accusés d'augmenter artificiellement leur nombre de streamings à l'aide de bots.

Vues sur YouTube: La décision de Billboard d'inclure les visionnements YouTube dans le calcul des classements a également suscité la controverse. En 2013, Billboard a commencé à comptabiliser les streams YouTube, ce qui a permis au tube viral "Harlem Shake" de Baauer de se hisser à la première place du classement. Cette décision a suscité un débat sur la question de savoir si les succès viraux alimentés par les mèmes et les défis des médias sociaux devraient avoir le même poids que les ventes traditionnelles de chansons.

TikTok et la viralité: L'essor de TikTok a ajouté une nouvelle couche de complexité au système de classement. Les titres TikTok viraux peuvent grimper en flèche dans les classements sur la base de courts clips, souvent avant même que la chanson complète n'ait été publiée. Cela a donné lieu à des débats sur la qualité de ces succès viraux et leur longévité.

Mais qui ferait une telle chose ? Bien que nous ne puissions pas connaître le nombre exact d'artistes qui profitent des fruits d'un système défectueux (certains disent que tous les artistes utilisent aujourd'hui de telles tactiques pour augmenter leur chiffre d'affaires), voici quelques exemples notables pour notre plaisir personnel.

  1. DJ Khaled: Comme mentionné précédemment, l'album 2019 de DJ Khaled, "Father of Asahd", a fait l'objet d'une controverse sur la vente groupée. Khaled a emballé son album avec une boisson énergisante, ce qui a conduit Billboard à disqualifier plus de 100 000 de ses ventes, ce qui a fait débuter son album à la deuxième place.
  2. Travis Scott: En 2018, l'album "Astroworld" de Travis Scott a battu de manière controversée l'album "Queen" de Nicki Minaj pour la première place du classement Billboard 200 en raison de son utilisation intensive de "bundles" d'albums, y compris des marchandises et des billets de concert. Nicki Minaj a alors accusé Billboard et Travis Scott de manipuler les classements.
  3. Justin Bieber: Pour son single "Yummy" sorti en 2020, Bieber a été critiqué pour avoir encouragé ses fans à écouter la chanson en streaming pendant leur sommeil et pour avoir fourni à ses fans internationaux des instructions sur la manière de manipuler les systèmes de streaming pour qu'ils soient pris en compte dans les ventes aux États-Unis.
  4. 6ix9ine (Tekashi69): Le rappeur 6ix9ine (Tekashi69) a publiquement accusé Billboard de manipuler ses classements, affirmant qu'ils ont injustement réduit les ventes de son single "GOOBA" de 2020, qui a débuté à la troisième place du Hot 100, bien qu'il ait battu le record de YouTube pour le plus grand nombre de visionnements en 24 heures pour une vidéo hip-hop.
  5. Ariana Grande et Justin Bieber: Le duo a été accusé par 6ix9ine d'avoir utilisé des ventes frauduleuses pour propulser leur single caritatif "Stuck with U" en 2020 à la première place du Billboard Hot 100, ce qui incluait une offre de dernière minute de CD signés sur leurs boutiques en ligne. Billboard a depuis clarifié et défendu son processus de comptage dans un article.
  6. Metallica: À l'époque des ventes physiques, avant même l'ère numérique, le Billboard et les autres palmarès n'étaient pas à l'abri des manipulations. La rumeur a couru qu'en 1991, Elektra, le label de Metallica, avait acheté des centaines de milliers d'exemplaires de "The Black Album" pour s'assurer qu'il atteigne la première place.

Ces controverses ont conduit à des adaptations et à des révisions constantes des règles du Billboard, rendant les classements plus représentatifs du comportement réel des consommateurs. Malgré ces difficultés, les classements du Billboard ont conservé leur statut de référence pour mesurer le succès commercial de l'industrie musicale.

Le score : comment est-il calculé aujourd'hui

Comment traduisent-ils ces divers facteurs en chiffres ? Voici la formule simplifiée, pour autant que nous la connaissions :

  • Ventes (35-45%), comprend les ventes d'albums numériques et physiques
  • Airplay (30-40%), basé sur les impressions d'audience à la radio
  • Streaming (20-30%), à la fois à la demande et programmé

Le pourcentage de chaque catégorie peut varier d'une semaine à l'autre, en fonction de la consommation globale de musique. La formule continue d'évoluer pour que les classements reflètent l'évolution du paysage musical et restent un véritable indicateur de la popularité d'une chanson ou d'un album.

Voilà donc l'épopée des classements du Billboard. Des modestes sondages à la révolution numérique, les classements ont évolué avec nous, les auditeurs, amplifiant le rythme de notre ère musicale. Ainsi, la prochaine fois que vous consulterez les meilleures chansons, vous pourrez apprécier la richesse de l'histoire qui a conduit à leur classement. Ou peut-être allez-vous plutôt rouler des yeux, puisque dans notre monde numérique moderne, rien n'estpas manipulé, d'une façon ou d'une autre.

2024 PMA Magazine. Tous droits réservés.


Chers lecteurs,

Comme vous le savez peut-être, PMA est un magazine indépendant de musique et d'audio grand public qui s'enorgueillit de faire les choses différemment. Depuis trois ans, nous nous efforçons de vous offrir une expérience d'écoute authentique. Notre engagement ? L'authenticité absolue. Nous nous tenons à l'écart des influences commerciales et veillons à ce que nos articles soient authentiques, non filtrés et fidèles à nos valeurs.

Cependant, l'indépendance ne va pas sans difficultés. Pour poursuivre notre aventure de journalisme honnête et maintenir la qualité du contenu que vous aimez, nous nous tournons vers vous, notre communauté, pour obtenir votre soutien. Vos contributions, aussi modestes soient-elles, nous aideront à poursuivre nos activités et à continuer à fournir le contenu que vous appréciez et auquel vous faites confiance. C'est votre soutien qui nous permet de rester indépendants et de garder nos oreilles sur le terrain, en écoutant et en partageant des histoires qui comptent, sans pression extérieure ni parti pris.

Merci beaucoup de participé à ce voyage.

L'équipe PMA

Si vous souhaitez faire un don, vous pouvez le faire ici.

Chercher un Sujet

et recevez nos magazines flipbook en avance

S'INSCRIRE POUR RECEVOIR NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Le champ Email est obligatoire pour s'inscrire.