Les extraordinaires compositions de jazz du pianiste Jean-Michel Pilc

Les extraordinaires compositions de jazz du pianiste Jean-Michel Pilc


Jazz, Jean-Michel Pilc, Art Tatum, John Coltrane, Charles Mingus, Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Bill Evans, Roy Haynes, Michael Brecker, Dave Liebman, Marcus Miller, Chris Potter, John Abercrombie, Harry Belafonte, Robert Schryer, PMA Magazine
(photo de Robbert Kamphuis)

Le pianiste de jazz Jean-Michel Pilc est un audiophile à tous points de vue. Mais comme beaucoup de ceux qui se sont pris d'affection pour du bon matériel audio, il a rencontré quelques difficultés en cours de route.

Jazz, Jean-Michel Pilc, Art Tatum, John Coltrane, Charles Mingus, Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Bill Evans, Roy Haynes, Michael Brecker, Dave Liebman, Marcus Miller, Chris Potter, John Abercrombie, Harry Belafonte, Robert Schryer, PMA Magazine

"Avant, j'étais un grand audiophile. J'avais du matériel Linn et Naim, mais il y a longtemps, j'ai divorcé", explique-t-il lors d'une récente interview depuis son domicile à Montréal. "Ensuite, un chat a marché sur ma platine Linn Sondek et a détruit la cartouche. Je me suis dit que c'était le bon moment pour vendre et améliorer mon compte en banque. Finalement, je suis devenu musicien de jazz et je n'avais plus d'argent, alors bien sûr, j'ai cessé d'être audiophile".

"Mais j'ai encore de bonnes choses ici. Une platine Rega, des enceintes Rega, une nouvelle cartouche Ortofon black LVB et un lecteur de CD Marantz. Le son est bon. Je préfère toujours le vinyle (au numérique), mais le Marantz sonne vraiment bien. Tout cela m'a procuré beaucoup de plaisir. Je pense que c'est une bonne chose pour un système qui n'est pas trop cher.

En plus d'être un musicien qui sait ce que signifie écouter de la musique sur du matériel haut de gamme, Pilc est aussi une sorte d'ingénieur du son, ou du moins un musicien qui se consacre à l'enregistrement de ses propres concerts.

"J'enregistre tous mes concerts. Je suis un peu fou. Je ne sais pas si c'est une question de collection ou quoi ? Les gens collectionnent les timbres, moi je collectionne la musique. Mais je sais aussi que, parfois, les concerts sont vraiment bons, et j'ai l'impression qu'il est dommage que beaucoup de gens ne les entendent jamais." 

L'un de ses enregistrements avec le trio composé du bassiste Remí-Jean LeBlanc et du batteur Jim Doxas a récemment été publié sur l'étiquette montréalaise Justin Time sous le nom de Jean-Michel Pilc, Alive-Live à Dièse Onze, Montréal.

"Je l'ai enregistré comme d'habitude. Je n'y pense même pas. J'appuie sur le bouton et j'oublie. Mais cette nuit-là était spéciale. Le titre est approprié, car nous avons été confinés (à cause du COVID) pendant si longtemps que j'ai eu l'impression de revenir à la vie. J'ai senti que le public réagissait de la même manière. Ils avaient faim de musique. Nous avions faim de musique. Dès le début, j'ai senti que la musique était spéciale. Il y avait une intensité et une émotion qui n'arrivent pas à chaque fois, loin de là.

"Les deux ensembles étaient vraiment différents, mais ils étaient marqués par cette qualité spéciale, cette vibration, cette énergie ou cet amour, quel que soit le nom qu'on leur donne : ils étaient très différents et pourtant ils se complétaient l'un l'autre. Et cela n'arrive pas souvent. Parfois, on fait un excellent premier set, puis on passe au deuxième set et il n'y a plus rien. C'est un peu comme si le premier set avait pris tout ce qu'il y avait en vous. Parfois, c'est l'inverse, le premier set est médiocre et dans le deuxième set, tout le monde reprend vie.

Jazz, Jean-Michel Pilc, Art Tatum, John Coltrane, Charles Mingus, Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Bill Evans, Roy Haynes, Michael Brecker, Dave Liebman, Marcus Miller, Chris Potter, John Abercrombie, Harry Belafonte, Robert Schryer, PMA Magazine
(photo de Dave Kaufman)

Pilc utilise un enregistreur Roland portable. Il est équipé de micros intégrés et il apprécie à la fois sa durabilité - "Il est tombé une dizaine de fois et n'a jamais cessé de fonctionner. C'est comme une pierre", mais aussi la chaleur du son qu'il capture.

"C'est essentiellement ce que les gens faisaient dans les années 60. Vous vous souvenez de Mingus avec Parker et Gillespie à Toronto au Massey Hall, ou de Bill Evans au Vanguard ? À l'époque, il s'agissait de Nagras, des machines stéréo dix fois plus lourdes que ce que j'utilise, mais ils installaient simplement une machine avec deux micros, voire un seul quand il s'agissait d'un mono. Lorsque vous écoutez la musique d'Ahmad Jamal, vous vous rendez compte qu'il s'agit là d'un véritable défi. Au Pershing c'est ainsi que les choses se sont passées.

"Le son (fait avec le Roland) est ce qu'il est, mais il est très décent, surtout pour un trio. Je ne veux pas que cela se sache trop, car les gens arrêteraient d'acheter les disques en disant que l'ingénieur du son est nul. (Rires). Le jour où je ne serai plus là, les gens pourront écouter certains de ces concerts et dire : "C'était génial ! Peut-être que mes enfants gagneront de l'argent avec ça, comme Ravi Coltrane avec les enregistrements de son père. Oui, je me compare à Coltrane, mais je suis égocentrique, c'est l'un de mes défauts. (Rires).

Arrivé à New York en 1995, Pilc a formé un trio avec le bassiste François Moutin et le batteur Ari Hoenig et a commencé à se produire et à enregistrer pour A-Records, Dreyfus et Motema. Au fil du temps, il a joué avec des sommités du jazz telles que Roy Haynes, Michael Brecker, Dave Liebman, Marcus Miller, Chris Potter et John Abercrombie. Il a travaillé avec Harry Belafonte, dont il était le directeur musical et le pianiste, et a joué en duo avec la légendaire chanteuse d'opéra Jessye Norman.

Jazz, Jean-Michel Pilc, Art Tatum, John Coltrane, Charles Mingus, Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Bill Evans, Roy Haynes, Michael Brecker, Dave Liebman, Marcus Miller, Chris Potter, John Abercrombie, Harry Belafonte, Robert Schryer, PMA Magazine
(photo de Robbert Kamphuis)

Il est également un éminent pédagogue qui a fait partie de la faculté de l'Université de New York de 2006 à 2015, avant de rejoindre l'École de musique Schulich de l'Université McGill à Montréal en 2015. Il continue de jouer et d'enregistrer en solo et avec des groupes basés à New York tels que Pilc-Moutin-Hoenig et son US Trio avec Sam Minaie et Jerad Lippi. Sur Vivant, Pilc a écrit le titre de l'album et la chanson "11 Sharp". L'album est complété par le morceau de Hammerstein-Romberg "Softly as In a Morning Sunrise", et par une paire d'airs de la musique de chambre. Miles Davis Le concert a été entièrement enregistré et le reste de la musique, y compris deux autres compositions originales de Davis et une interprétation de "Eleanor Rigby" des Beatles, n'est disponible que sous forme numérique sur la plupart des sites de diffusion en continu. Alors que certains musiciens estiment qu'interpréter la musique d'autrui, faire ce que l'on appelle communément une "reprise", est un anathème pour leur art, Pilc voit les choses d'une autre manière.

Le mot "couverture" ne me vient jamais à l'esprit, sauf lorsque d'autres personnes l'utilisent. C'est complètement absurde. Je suis un improvisateur", déclare-t-il. "Je suis quelqu'un qui façonne le matériel. Je pense que "All Blues", "Nardis" et "Eleanor Rigby" sont des morceaux magnifiques et je suis très reconnaissant envers Miles et Paul McCartney pour les avoir écrites. Ce sont des œuvres de génie. Au moment où je les joue, je ne sais pas si ce sont des reprises. C'est juste quelque chose que j'entends dans ma tête et que j'ai envie de jouer. Lorsque vous écoutez "Eleanor Rigby" (sur Vivant), vous remarquerez que je commence à improviser et que c'est très bluesy et soudain (il chante les changements de "Eleanor Rigby"), je me dis "Oh, c'est une citation" et soudain, l'air ne me quitte plus, l'air veut être joué. J'ai laissé la musique décider. Le résultat est donc très différent de l'original parce que je n'ai pas du tout pensé à l'original. Pour moi, une reprise n'est qu'une improvisation à partir d'un matériau qui existe déjà. C'est la même chose qu'un sculpteur qui utilise un modèle. C'est juste une source d'inspiration". 

Dans tous ses enregistrements, Pilc fait preuve d'une grande imagination et d'une grande technique en tant que pianiste. Plus que tout autre, ses idées et ses émotions semblent intimement et immédiatement liées à ses mains, oscillant souvent entre l'exaltation et le désespoir dans une même composition.   

"Lorsque j'écoute les grands musiciens, par exemple Monk, Vladimir Horowitz, Bill Evans ou Art Tatum, la seule chose qu'ils ont en commun, c'est qu'au bout du compte, ils n'écoutent plus vraiment le piano", explique-t-il. "On écoute la musique. Les gens ont tendance à être obsédés par le piano. Lorsqu'ils écoutent Art Tatum, ils se disent : "Wow, ce type a une technique !". Et c'est vrai, bien sûr. Mais comme Oscar Peterson l'a dit un jour à propos d'Art Tatum, ce qui m'a le plus frappé (chez Tatum), ce n'est pas sa virtuosité - c'est évident, il était unique en son genre - mais c'est l'émotion, la narration et l'harmonie qu'il utilisait. Lorsque j'écoute Tatum, ce n'est pas le piano que j'entends, c'est une symphonie. C'est cette vague de sons qui m'emporte. C'est la même chose avec Coltrane et le saxophone.

"La musique que j'entends est en moi. Le piano est mon outil. C'est un morceau de bois. Comme je le dis à mes étudiants, si vous mettez le feu à un piano, il va brûler. Il ne va pas souffrir. C'est un objet. I Je suis l'instrument de la musique. La musique doit se servir de moi pour produire quelque chose : un son, des émotions, des sentiments".

2024 PMA Magazine. Tous droits réservés.


Chers lecteurs,

Comme vous le savez peut-être, PMA est un magazine indépendant de musique et d'audio grand public qui s'enorgueillit de faire les choses différemment. Depuis trois ans, nous nous efforçons de vous offrir une expérience d'écoute authentique. Notre engagement ? L'authenticité absolue. Nous nous tenons à l'écart des influences commerciales et veillons à ce que nos articles soient authentiques, non filtrés et fidèles à nos valeurs.

Cependant, l'indépendance ne va pas sans difficultés. Pour poursuivre notre aventure de journalisme honnête et maintenir la qualité du contenu que vous aimez, nous nous tournons vers vous, notre communauté, pour obtenir votre soutien. Vos contributions, aussi modestes soient-elles, nous aideront à poursuivre nos activités et à continuer à fournir le contenu que vous appréciez et auquel vous faites confiance. C'est votre soutien qui nous permet de rester indépendants et de garder nos oreilles sur le terrain, en écoutant et en partageant des histoires qui comptent, sans pression extérieure ni parti pris.

Merci beaucoup de participé à ce voyage.

L'équipe PMA

Si vous souhaitez faire un don, vous pouvez le faire ici.

Chercher un Sujet

et recevez nos magazines flipbook en avance

S'INSCRIRE POUR RECEVOIR NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Le champ Email est obligatoire pour s'inscrire.