Les câbles et les équipements auxiliaires peuvent-ils améliorer le son numérique ?

Les câbles et les équipements auxiliaires peuvent-ils améliorer le son numérique ?

,
,

Les prix sont indiqués en $US.

Bonne année ! La dernière fois, j'ai abordé les différents points de vue concernant la lecture de l'audio numérique, en me basant sur mes impressions des discussions entre un certain nombre de personnalités de l'audio haut de gamme. J'aimerais poursuivre avec un bref aperçu de ma propre installation numérique et de la manière dont mes expériences avec divers streamers/serveurs, câbles numériques et DAC ont influencé mon approche de l'audio numérique. Mon installation numérique actuelle est bien plus avancée que les streamers à boîtier unique et à capacité limitée de la marque High Resolution Technologies (HRT) qui ont constitué mes premières incursions dans le domaine de la lecture numérique. À l'époque, ils étaient excellents mais aussi très limités dans leur portée, et seulement capables de diffuser des fichiers PCM 16 bits - en y repensant, ils ressemblaient beaucoup plus à des jouets numériques.

Mon système numérique

L'équipement numérique actuel de mon système audio comprend une configuration à deux boîtiers (streamer/serveur/lecteur de musique) du fabricant croate Euphony Audio. Il comprend un serveur/organisateur de fichiers séparé, l'Euphony Summus, ainsi qu'un lecteur/streamer de musique, l'Euphony Endpoint. Les deux sont des unités Intel NUC glorifiées dans des boîtiers Akasa, fonctionnant sous un système d'exploitation Linux propriétaire, hautement personnalisé et rationalisé qui a été optimisé pour la lecture de musique. Le système est doté d'une belle interface graphique et est extrêmement convivial. La dernière version du système d'exploitation comporte des fonctions qui permettent un degré encore plus élevé de configuration et de personnalisation de la lecture musicale. J'aime beaucoup l'aspect et la qualité du son, à tel point que j'ai abandonné mon abonnement à Roon il y a deux ans.

Gustard, son DAC X26 Pro

Le système comprend un DAC du fabricant Gustard, son unité delta-sigma X26 Pro qui offre un niveau de fonctionnalités, de connectivité, de performances et de musicalité qui le place facilement dans le même groupe que des conceptions de DAC beaucoup plus dispendieuses. Sa qualité de fabrication et sa sélection de pièces de premier ordre (y compris une paire de puces DAC ESS ES9038Pro haut de gamme) constituent une superbe base pour les performances musicales ; il excelle avec les sources PCM et DSD. Il fonctionne en tandem avec un Gustard C18, une horloge maître OCXO 10MHz à température constante. OCXO signifie "Oven Controlled Crystal Oscillator" ; le "four" chauffe l'horloge, ce qui permet d'obtenir une oscillation du signal plus stable que celle que l'on trouve généralement dans la plupart des horloges internes des DAC. Le C18 dans la chaîne de lecture permet une meilleure récupération des détails fins, une amélioration du rythme et du flux de la musique, une scène sonore plus définie et palpable, et une plus grande sensation de réalisme dans les performances enregistrées. Le C18 est connecté au X26 Pro avec un câble numérique BNC, qui offre un autre style de connexion numérique exclusive entre les équipements sources.

Topping E70 Velvet DAC

J'ai également acquis un DAC Topping E70 Velvet ; Topping est un autre fabricant dont les produits frappent bien au-dessus de leur poids. Mon contact chez Euphony Audio, Dalibor Kasac, m'a contacté au sujet du E70 Velvet, insistant pour que je l'écoute ; il m'a garanti que j'aimerais ce que j'entendrais. Le E70 Velvet est également un DAC delta-sigma qui intègre l'une des premières implémentations de la nouvelle série de puces AKM qui viennent de réapparaître sur le marché après l'incendie désastreux qui a failli les anéantir il y a quelques années. La configuration "Velvetsound" d'AKM met en œuvre une séquence de deux puces pour réaliser la modulation delta-sigma et la conversion numérique-analogique. Ce qui fait la grande différence dans la mise en œuvre d'AKM, c'est qu'en séparant les processus sur des puces individuelles, il y a un chemin clair pour les signaux DSD natifs qui passent par la modulation delta-sigma jusqu'aux étapes de conversion numérique-analogique sans combiner les signaux DSD natifs avec les signaux PCM. Cela signifie essentiellement qu'avec la lecture DSD, vous écoutez un convertisseur numérique-analogique 1 bit DSD-direct. La qualité sonore des fichiers DSD qui en résulte, quel que soit le niveau de lecture via le E70 Velvet, est incroyablement bonne !

Les capacités des câbles numériques peuvent varier considérablement

La plupart des DAC et streamers actuels peuvent lire n'importe quel type de fichier et taux de bits et d'échantillonnage, qu'il s'agisse de PCM ou de DSD, et offrent des choix de connexion numérique bien au-delà de l'entrée coaxiale ou USB typique. Mon système dual-box Euphony et mon DAC Gustard offrent tous deux la possibilité d'utiliser une connexion numérique i2s, qui permet d'élargir considérablement l'éventail des compatibilités de fichiers et d'offrir une qualité sonore numérique plus transparente que celle de la connexion USB, plus utilitaire et potentiellement plus bruyante. Le câble utilisé pour la connexion entre votre streamer et votre DAC fait une nette différence. Les objectivistes voudraient vous faire croire que le câble USB typique fourni par la plupart des fabricants avec leurs DAC est parfaitement capable de restituer un son numérique d'une qualité exceptionnelle. Après tout, des bits sont des bits, n'est-ce pas ? Après avoir reçu le DAC E70 Velvet de Topping - qui implémente une entrée USB à partir de ma pile Euphony - j'ai cherché à améliorer mon câble numérique USB et j'ai opté pour un câble USB Oyaide Neo D+ à 70$ qui a fait l'objet d'éloges de la part de The Absolute Sound et des utilisateurs de tous les coins du Web. Après une centaine d'heures de rodage, je suis convaincu qu'il s'agit du câble USB le plus performant du marché, surtout pour le prix relativement bas qu'il coûte.

Sommer Excelsior BlueWater EBH4

Bien entendu, il est possible d'utiliser la connexion numérique i2s, si votre équipement le permet. La plupart des implémentations actuelles du câble i2s utilisent un câble et un connecteur de type HDMI, bien que l'i2s et le HDMI ne partagent en fait aucune technologie commune. Je suis convaincu que la connexion i2s est supérieure, mais elle nécessite également un câble de première qualité. Après de nombreuses recherches sur le sujet, j'ai trouvé le câble que je cherchais auprès du fabricant allemand Sommer. Le Sommer Excelsior BlueWater EBH4 (200$) est très bien noté par un certain nombre de fabricants de DAC haut de gamme ; il semble être le câble haut de gamme de choix, et j'ai fait de grands efforts pour m'en procurer un. Je l'ai installé dans mon système depuis plus d'un mois et, après plusieurs semaines de rodage, il a considérablement amélioré les performances de mon système numérique.

L'autre câble numérique de mon système est le Audio Art Cable Statement BNC (476$) qui relie le DAC Gustard et les unités d'horloge. J'avais envie d'ajouter une horloge externe à température constante contrôlée par un four à mon système, mais le Gustard C18 n'a pas semblé faire la différence en termes de qualité sonore que j'attendais, en particulier avec son câble BNC jetable. Le passage au câble BNC Statement a tout mis au point et a permis au DAC et à l'horloge de mieux communiquer entre eux, ce qui a grandement amélioré la musicalité de mon système numérique.

La compression des fichiers est-elle un problème ?

Un autre segment de la philosophie bits sont des bits concerne les fichiers que vous diffusez à partir d'un service de diffusion en continu, qui ont probablement commencé leur vie en tant que fichiers analogiques convertis en numérique, puis rippés en FLAC, qui n'est qu'une version différente du numérique PCM, plus adaptée au streaming. La plupart des programmes d'extraction - j'utilise dBPoweramp - compriment par défaut les fichiers PCM en FLAC d'environ 50%. J'ai téléchargé des fichiers numériques de Qobuz et HD Tracks qui étaient compressés jusqu'à 80% ! Les défenseurs de "des bits sont des bits" nous disent que les FLAC, lorsqu'ils sont traités par des DAC, ne souffrent pas de l'expansion à laquelle ils sont soumis lorsqu'ils passent de leur état compressé à l'état non compressé qui passe sur votre chaîne stéréo. Les gars d'Euphony Audio (et croyez-moi, ils sont de réels geeks) me disent que lorsque vous lisez des fichiers FLAC compressés, une fonction de transfert se produit pendant l'expansion du fichier, ce qui a un impact négatif sur la qualité du son, alors que cette fonction de transfert ne se produit pas avec les fichiers FLAC non compressés. Les services de streaming compressent leurs fichiers parce qu'ils en réduisent considérablement la taille et qu'il est plus facile de les stocker et de les transmettre sur un réseau. Mais à une époque où le stockage est si bon marché, pourquoi ne pas conserver tous vos fichiers de musique numérique non compressés sur votre serveur ? J'ai converti la partie PCM de tout mon serveur de musique numérique en FLAC non compressés, et j'ai également utilisé dBPoweramp pour convertir tous les téléchargements PCM numériques sur mon serveur en fichiers non compressés. Il n'est pas nécessaire de faire cela avec les fichiers DSD, ils sont toujours non compressés.

Audio Art Cable Statement BNC cable

Les objectivistes vous diront qu'il est impossible d'entendre une différence entre des fichiers compressés et des fichiers non compressés diffusés sur un réseau. Mais il y a une longue liste d'audiophiles qui m'ont assuré qu'ils peuvent entendre une différence entre les fichiers compressés lus par un service de streaming et les mêmes fichiers non compressés et téléchargés sur leurs serveurs. Je l'ai entendu à maintes reprises, ce n'est donc pas seulement moi qui le dis dans la nature ! Mon serveur Euphony met également en mémoire tampon tous les fichiers de musique numérique dans la RAM (mémoire de l'ordinateur) avant la lecture, où le chemin entre le stockage SSD et le processeur est complètement supprimé. Le fichier est alors lu directement de la RAM au processeur Intel, ce qui se traduit par une nette amélioration de la qualité du son. YMMV, mais cinq années d'expérience avec l'Euphony m'ont convaincu que la mise en mémoire tampon vers la RAM est essentielle pour une lecture numérique parfaite à partir de sources PCM et DSD.

J'ai encore beaucoup de choses à dire à ce sujet, et je parlerai plus en détail des différences entre les câbles numériques la prochaine fois, y compris les différences entre les câbles numériques USB, i2S et BNC. D'ici là, bonne écoute !

2024 PMA Magazine. Tous droits réservés.


Chers lecteurs,

Comme vous le savez peut-être, PMA est un magazine indépendant de musique et d'audio grand public qui s'enorgueillit de faire les choses différemment. Depuis trois ans, nous nous efforçons de vous offrir une expérience d'écoute authentique. Notre engagement ? L'authenticité absolue. Nous nous tenons à l'écart des influences commerciales et veillons à ce que nos articles soient authentiques, non filtrés et fidèles à nos valeurs.

Cependant, l'indépendance ne va pas sans difficultés. Pour poursuivre notre aventure de journalisme honnête et maintenir la qualité du contenu que vous aimez, nous nous tournons vers vous, notre communauté, pour obtenir votre soutien. Vos contributions, aussi modestes soient-elles, nous aideront à poursuivre nos activités et à continuer à fournir le contenu que vous appréciez et auquel vous faites confiance. C'est votre soutien qui nous permet de rester indépendants et de garder nos oreilles sur le terrain, en écoutant et en partageant des histoires qui comptent, sans pression extérieure ni parti pris.

Merci beaucoup de participé à ce voyage.

L'équipe PMA

Si vous souhaitez faire un don, vous pouvez le faire ici.

Chercher un Sujet

et recevez nos magazines flipbook en avance

S'INSCRIRE POUR RECEVOIR NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Le champ Email est obligatoire pour s'inscrire.