Adele a-t-elle visé trop haut ?

Adele a-t-elle visé trop haut ?


La réduction des effectifs. Ce n'est pas pour tout le monde.

Pendant qu'on s'isolait comme des ermites et qu'on faisait des réserves de papier de toilette pour attendre la fin du Grand Virus sans fin, nos chers amis du Club des Milliardaires s'en sont donné à cœur joie.

Selon le magazine Fortune, pendant que nous étions mis en congé et que notre bistrot préféré faisait faillite, les dix hommes les plus riches du monde ont doublé leurs fortunes, passant de 700 milliards de dollars à 1,5 billion de dollars. Elon Musk a augmenté son compte en banque de 1000 % (ce n'est pas une faute de frappe) et 2 755 autres milliardaires ont fait mieux pendant la COVID-19 qu'au cours des 14 années précédentes. Un rapport de l'organisation caritative Oxfam a noté avec effronterie que "si les 10 premiers milliardaires s'asseyaient sur le sommet de leurs richesses combinées empilées en billets de dollars américains, ils atteindraient presque la moitié de la distance qui nous sépare de la lune". Ce qu'Elon pourrait probablement confirmer de sa fusée ! Vous vous sentez mieux ?

Ce qui nous amène à Adele.

En 2021, et maintenant 2022, la chanteuse anglaise est le plus puissant moteur pour l'industrie du disque. Et, malheureusement, au fur et à mesure que l'histoire de sa revue de Las Vegas annulée/reportée évolue, les nouvelles ont eu de fâcheux échos de ce que j'appellerai une "mauvaise foi pandémique".

Vous avez probablement déjà vu la vidéo de la plus grande chanteuse du monde s'excusant et s'excusant d'avoir dû retirer le 20 janvier, un jour avant le début prévu, son spectacle "Weekends with Adele" à Las Vegas (une tautologie, oui) du calendrier extrêmement mince des concerts de l'année 3 de la pandémie. "Je suis désolée", a-t-elle pleurniché. "Mais... mon spectacle n'est pas prêt. Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour le mettre en place et qu'il soit assez bon pour vous." Tout cela semblait sincère et déchirant ; la version expiatoire d'une chanson d'Adele. Elle aurait pu chanter "Easy On Me" pour conclure. L'annonce a été le plus grand événement musical du début de l'année. Et hoo boy, elle a eu cette influence honnêtement.

Vous avez sûrement remarqué que le streaming a dominé le paysage musical pendant des années. Cependant, 2021 a vu le plus improbable des retours : les ventes d'albums physiques avec des chiffres en augmentation pour les CD et les vinyles, selon le rapport musical de fin d'année de MRC Data. En 2011, le vinyle représentait un maigre 1,7 % des unités physiques de musique ; l'année dernière, ce chiffre est passé à un étonnant 50,4 %... plaçant les CD en deuxième position.

Et oui, c'est Adele qui en a été le fer de lance.

La sortie de 30, son premier album depuis 6 longues années, a conduit à l'une des semaines les plus prolifiques de ventes de vinyle depuis des décennies avec 108 000 exemplaires vendus la première semaine, la deuxième plus importante semaine de ventes de vinyles en 10 ans (toujours selon MRC Data). Il s'est vendu 692 000 CD, LP et téléchargements d'albums numériques au cours de la première semaine de sortie et un total de 225 000 exemplaires au cours de la seconde semaine. Selon Billboard, c'est le premier nouvel album à franchir le seuil du million de ventes depuis l'album Folklore de Taylor Swift en octobre, 2020.

(photo de depositphotos)

Si quelqu'un, à part votre neveu défoncé qui a quitté le lycée pour devenir DJ, avait prédit tous ces chiffres il y a quelques années, vous lui auriez confisqué ses clés de voiture. Tout cela est important, car les ventes de CD/vinyles non seulement augmentent les revenus et la notoriété des labels, et font plaisir aux fans de formats tactiles, mais mettent aussi de l'argent dans la poche des artistes. Ce n'est pas le cas avec la diffusion en continu de Spotify. Demandez à Neil Young.

Adele Laurie Blue Adkins a atteint le statut le plus convoité de l'artiste/divertisseur : le best-seller qui outrepasse les générations, bouleverse les données démographiques et transcende l'ironie. Bien sûr, votre fille l'adore, votre grand-mère et votre père et votre frère aussi. Et oui, vous aussi, le dur à cuire, en secret la nuit à la noirceur dans votre pyjama taché de larmes. Ce n'est pas du MOR (Middle-of-the-Road)—elle est devenue l'incarnation féminine de la maudite Saint-Valentin, l'empathique avec la voix aux multiples engrenages pop-soul, dont chaque ballade est un coup de massue sur les ventricules frémissants de tous les célibataires en mal d'amour et de tous les célibataires au cœur brisé. En termes d'industrie musicale, c'est le monde d'Adele et nous nous y endormons en pleurant.

Raison de plus pour que sa résidence à Las Vegas, prévue les vendredis et samedis, du 21 janvier au 16 avril, au Colosseum du Caesars Palace, soit importante. Pourquoi ?

En cette troisième année du "Grand vide", l'absence de tout ce sur quoi nous comptions, l'une des leçons que nous avons apprises est que la musique live n'est pas une marchandise ou un divertissement de luxe. C'est une nécessité. C'est l'arène de tous les sentiments. Avec tout le respect que je dois à la NFL (que je regarde de manière quasi obsessionnelle), le football est du popcorn. La musique live, c'est l'O2. Et après tant d'annulations de tournées/festivals/concerts dans les pubs locaux, cela semblait être le début d'une nouvelle ère. Vive Adele !

Alors, que s'est-il passé ? Eh bien, ce qui se passe à Vegas doit y rester, mais ce qui ne se passe pas ne se passe pas. Une fois que les fuites ont commencé à couler, elles n'étaient pas bonnes.

"Je suis désolée" a sangloté Adele. "Mais... mon spectacle n'est pas prêt. Nous avons essayé absolument tout ce que nous pouvons pour le mettre en place et qu'il soit assez bon pour vous."

Assez bon ?

En 2022, Adele pourrait chanter dans une toilette portable illuminée à côté d'une benne à ordures et ce serait "assez bon". Au lieu de cela, il a été rapporté qu'un chœur composé de 100 voix a dû être réduit à seulement 60 en raison des délais causés par Omicron et de chanteurs qui n'ont pas pu voyager.

"Désolée que ce soit si à la dernière minute", a dit Adele. En effet. Des gens avaient déjà parcouru des milliers de kilomètres pour l'ouverture. Le New York Post a rapporté que l'un des problèmes concernait un numéro où la chanteuse était censée terminer en flottant sur un bassin. Lorsqu'elle a vu la conception finale de la scène, elle l'a qualifiée de "grosse flaque d’eau" et a refusé de s'y tenir debout.

"L'équipe a été absolument dévastée par les retards de livraison et le COVID." Bien sûr. Mais toutes les sources de Vegas soulignent que, soyons francs, tout le monde dans cette ville est soit un croupier, une prostituée, un mafieux ou un membre d'équipe de scène. Non seulement le spectacle doit avoir lieu, mais il peut avoir lieu.

On peut se demander pourquoi un artiste se sent tellement obligé d'offrir un spectacle grandiose plutôt que de s'en remettre à une voix qui fait même pleurer les hommes adultes. Les prix des billets pour la résidence allaient de 85 $ (plus les frais) pour les sièges si haut que le masque à oxygène est recommandé, à 6 000 dollars pour la première rangée. Et ils ont été vendus par les scalpeurs pour plus de 30 000 $. $30,000.

À qui s'adressent ces billets, trois ans après une pandémie qui a anéanti notre bistrot préféré ? Toute cette affaire met en évidence l'inconvénient principal de la diva de Vegas, où le succès devient son propre ennemi, et l'humanité élémentaire de l'art devient secondaire. Peut-être, juste peut-être, que tout ce qu'Adele avait à faire pour s'assurer que le spectacle ait lieu était d'atténuer la théâtralité qui aurait détourné le public de la raison pour laquelle il était là en premier lieu : pour l'entendre chanter !

Un exemple concret : Garth Brooks a tenu une résidence à l'hôtel Wynn pendant cinq ans, de 2009 à 2014. Il avait aussi beaucoup de tubes à jouer. Et il l'a fait principalement avec sa femme, Trisha Yearwood, et une guitare acoustique. Parfois, en visant la lune, on perd de vue ce qui nous a menés là où nous sommes.

2024 PMA Magazine. Tous droits réservés.


Chers lecteurs,

Comme vous le savez peut-être, PMA est un magazine indépendant de musique et d'audio grand public qui s'enorgueillit de faire les choses différemment. Depuis trois ans, nous nous efforçons de vous offrir une expérience d'écoute authentique. Notre engagement ? L'authenticité absolue. Nous nous tenons à l'écart des influences commerciales et veillons à ce que nos articles soient authentiques, non filtrés et fidèles à nos valeurs.

Cependant, l'indépendance ne va pas sans difficultés. Pour poursuivre notre aventure de journalisme honnête et maintenir la qualité du contenu que vous aimez, nous nous tournons vers vous, notre communauté, pour obtenir votre soutien. Vos contributions, aussi modestes soient-elles, nous aideront à poursuivre nos activités et à continuer à fournir le contenu que vous appréciez et auquel vous faites confiance. C'est votre soutien qui nous permet de rester indépendants et de garder nos oreilles sur le terrain, en écoutant et en partageant des histoires qui comptent, sans pression extérieure ni parti pris.

Merci beaucoup de participé à ce voyage.

L'équipe PMA

Si vous souhaitez faire un don, vous pouvez le faire ici.

Chercher un Sujet

et recevez nos magazines flipbook en avance

S'INSCRIRE POUR RECEVOIR NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Le champ Email est obligatoire pour s'inscrire.