Richard Reed Parry d'Arcade Fire : "Il faut trouver un moyen de sortir."

Richard Reed Parry d'Arcade Fire : "Il faut trouver un moyen de sortir."


Richard Reed Parry parle de famille, de punk et d'Arcade Fire avec Mark Lepage de PMA Magazine.

"J'ai réalisé très tôt que je n'étais pas comme les autres enfants", explique Richard Reed Parry.

Yes.

"Eux ne se levaient pas à 5 heures du matin le 1er mai pour danser autour du mât de mai et chanter au lever du soleil".

Oui, c'est un pari juste. Mais, il n'y a pas de formation musicale comme l'ADN et Parry, fils de musiciens folk très investis, s'inscrit dans une tradition ancienne, quel que soit le groupe ou le projet solo dans lequel il joue. Le multi-instrumentiste, principalement connu en tant que membre d'Arcade Fire, gère tellement de projets qu’à lui seul il est une PME. Ce qui est logique quand on écoute sa bio.

Connaissant (comme vous) la remarquable fusion de l'intime et de l'hymne qui a mené Arcade Fire des lofts de Montréal à l'Olympe, il n'est pas si surprenant d'apprendre à quel point l'identité artistique de Parry est profondément ancrée dans la famille. Prenez "Wake Up", extrait de Funeral, le premier album de 2004 (bien que je possède une cassette antérieure à celui-ci...). Ou, prenez "Song of Wood", de l'album solo de 2018 de Parry, Quiet River of Dust Vol. 1. "C'est en quelque sorte un puits profond de la musique avec laquelle j'ai grandi. J'étais absolument intégré dans une scène de musique folk très traditionnelle. "

Son père, David, était "un chanteur et archiviste folklorique qui a écrit et joué des centaines et des centaines de chansons dans un groupe infâme appelé Friends of Fiddler's Green". Sa mère, Caroline Balderston, est également poète et musicienne. Sa sœur, Evalyn, est chanteuse, compositrice et interprète de spoken word. David et Caroline ont été influencés par la première vague de folk britannique et s’y sont impliqués : Steeleye Span, les Watersons. "Ils se sont fait les dents là-dessus", dit Parry. " Ils étaient porteurs de chansons dans une véritable tradition folk vocale. Dans toutes les fêtes où j'allais, ce n'était pas de la musique qui passait sur les chaînes stéréo, mais des chansons qui étaient chantées. Tout le monde s'harmonise et connaît toutes les paroles de toutes les chansons. C'était mon environnement."

Il n'y a peut-être pas eu un grand saut entre ce groupe et Arcade Fire en termes musicaux, mais il y a eu un passage à négocier. Le père de Parry est décédé quand il avait 17 ans et "il y a eu une longue période après cela où j'ai essayé de comprendre les choses. De me situer par rapport à cet héritage. Pas d'être un musicien folk avec un F majuscule, mais on le porte, on incarne une mémoire musicale, une sorte de manière d'être dans le monde. "

C'est peut-être la meilleure description de "musicien" que cet auteur n’ait jamais rencontrée. "Pour moi, il était normal de ne pas avoir de télévision. Je n'ai jamais 'aspiré' à être un type de musicien, c'est juste que ça vit en vous. Il faut que ça trouve un moyen de sortir, c'est la fibre de vous. Et pour moi, tout est dans Arcade Fire, on essaie de se surpasser les uns les autres."

Bien sûr, il a aussi été, comme un adolescent, un jour. Il ne peut pas y avoir que des bouzoukis, des banjos et des flûtes en métal. Il est passé par une phase punk et post-punk/hardcore (dont on peut entendre l'esprit indomptable mugir dans la passion moins rauque d'Arcade Fire) mais il a une vision perspicace du ou des genres. "Le punk était soi-disant cette grande rupture avec la tradition et cette remise en question de tout", dit-il. "Mais ils n'ont repensé les choses que jusqu'à un certain point - et ensuite, c'est vraiment devenu une chose codifiée. Tout le monde avait en quelque sorte la même esthétique et le même look, alors ils ne repensaient pas vraiment l'avenir. L'attitude ne peut vous mener que jusqu'à un certain point sans plonger dans la profondeur de la musique."

Il note que les grands groupes, comme The Clash ou Fugazi, survivent précisément parce qu'ils se sont opposés aux tendances plutôt que d'y obéir. "Et c'est ce que les musiciens folk et les musiciens de jazz ont toujours fait. Le folk faisait aussi des choses sans budget, sans formation musicale, mais peut-être avec plus de respect pour la lignée. Je veux dire, il n'y a pas beaucoup de groupes punks qui ont vraiment inventé quoi que ce soit de nouveau."

photo de Zachary Hertzman

"La vraie culture musicale est une belle chose", dit-il. C'est instinctif, et si "enfreindre les règles est formidable, comprendre pourquoi les règles existent l'est tout autant." L'immortel Kind of Blue de Miles Davis "brisait les règles mais savait quelles étaient ces règles. Il était avant-gardiste mais embrassait et respectait ce qui avait été fait auparavant."

Donc, le big band: Arcade Fire. Ils ont enregistré du matériel pour ce qui serait un 7ème album, bien qu'ils en aient probablement plus d'un à venir. Sa carrière en tant que compositeur solo et musicien expérimental "est loin d'être aussi scrutée que celle d'Arcade Fire". Mais, elle est volumineuse. Il a enregistré avec Little Scream, The National, les Barr Brothers, Islands, The Unicorns et Bell Orchestre, qui se produira avec l'Orchestre symphonique de Montréal en novembre. Il compte 8 (!) albums en solo, dont la bande sonore de 2020 The Nest et les deux albums Quiet River of Dust. "Je me sens chanceux d'être à cheval sur tous ces mondes. Mais en réalité, je vais simplement là où ça m’attire. En explorant toutes ces autres facettes de mes intérêts musicaux - et de mon héritage."

Il a obtenu cette licence grâce au succès du groupe de rock, "mais pourquoi voudrais-je refaire le même parcours que le groupe de rock ?¨

"Ce n'est pas nécessairement stratégique, du point de vue de la carrière", dit-il. Ce qui n'est jamais le but de toute façon. "Pour moi, il y a tellement d'angles à cette expérience labyrinthique et prismatique. Je ne pense pas nécessairement que cette échelle est meilleure et je ne la préfère pas non plus. J'aime la façon de faire des choses au niveau de la musique locale. J'essaie simplement de faire de belles choses.¨

"Ma tête tourne parfois, mais je semble avoir un appétit sans limite. Alors jusqu'à ce que ma tête explose..."

2024 PMA Magazine. Tous droits réservés.


Chers lecteurs,

Comme vous le savez peut-être, PMA est un magazine indépendant de musique et d'audio grand public qui s'enorgueillit de faire les choses différemment. Depuis trois ans, nous nous efforçons de vous offrir une expérience d'écoute authentique. Notre engagement ? L'authenticité absolue. Nous nous tenons à l'écart des influences commerciales et veillons à ce que nos articles soient authentiques, non filtrés et fidèles à nos valeurs.

Cependant, l'indépendance ne va pas sans difficultés. Pour poursuivre notre aventure de journalisme honnête et maintenir la qualité du contenu que vous aimez, nous nous tournons vers vous, notre communauté, pour obtenir votre soutien. Vos contributions, aussi modestes soient-elles, nous aideront à poursuivre nos activités et à continuer à fournir le contenu que vous appréciez et auquel vous faites confiance. C'est votre soutien qui nous permet de rester indépendants et de garder nos oreilles sur le terrain, en écoutant et en partageant des histoires qui comptent, sans pression extérieure ni parti pris.

Merci beaucoup de participé à ce voyage.

L'équipe PMA

Si vous souhaitez faire un don, vous pouvez le faire ici.

Chercher un Sujet

et recevez nos magazines flipbook en avance

S'INSCRIRE POUR RECEVOIR NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Le champ Email est obligatoire pour s'inscrire.